C’est peut-être pas très original pour un mariage ?

Du culte du mariage original : la (semi)dictature de la différence

mariage original ou pas
© Daiga Ellaby

Aujourd’hui, je voudrais prendre le temps d’un article pour creuser un peu cette question de mariage original, ou plutôt de la crainte qu’il ne le soit pas assez !

On en parle souvent en rendez-vous cérémonie. Normal me direz-vous étant donné que mes marié.e.s sont très créatif.ve.s et que je les pousse à libérer leur imagination. Mais la créativité n’est pas incompatible avec le fait d’être contemporain.e de son époque et donc sensible aux tendances de celle-ci.

comment créer un mariage original
© Autumn Goodman

La minute philo

Nous sommes des animaux parlants, c’est Aristote qui le dit. Nous sommes également des êtres sociaux, donc on interagit avec nos pairs dans un groupe social qu’on crée. Et on ne fait pas que le créer, on s’y inscrit également.

Chaque époque est une question de contexte : de lieu, de temps mais aussi d’habitudes, de tendances générales, et chacun se les approprie plus ou moins. Dans notre société française des années 2010/2020, il y a des tendances qui se marquent. Des tendances qu’on retrouve dans la mode, dans la déco, dans les parcours de vie, etc.

mariage original ou pas
Par exemple se marier en baskets !
© Sweet Ice Cream Photography

Les tendances dans le mariage

Ces tendances, ces marques de contemporanéité, on les trouve aussi dans le mariage, bien sûr. Si je vous montre une photo de mariage des années 80, vous saurez immédiatement repérer l’époque : ces brushings de Feux de l’amour, ces robes volumineuses, ces costumes très larges ! Et dans 30 ans, quand on verra un mariage de notre époque, on se dira : « Wahou c’est tellement 2020 ! ». Tant mieux ou tant pis et peu importe en fait !

Nous sommes contemporain.e.s de notre époque. Même si on développe sa créativité, même si on est tous différents, il y a des choses dans lesquelles une majorité de personnes se retrouvent. En ce moment ce sont des robes plutôt fluides, des décorations foisonnantes : champêtres, florales ou tropicales par exemple, ou alors carrément des esprits industriels et très épurés. Il y a aussi cette passion pour le vintage, que j’avoue adorer.

Quelque chose d’assez contemporain c’est aussi tout simplement le fait de choisir une cérémonie laïque pour célébrer un mariage original, différent. On vit dans une époque où l’on a envie de personnalisation. On veut créer des choses qui nous ressemblent et ne ressemblent qu’à nous. En ça on marque sa différence. Oui, comme beaucoup de personnes ! Mais c’est très bien.

Tous uniques, tous différents

Ce que je veux vous dire c’est qu’on porte en nous ce qui fait notre différence. Notre originalité, c’est notre personnalité, ce qui nous anime, ceux qui nous entourent. Cela n’empêche pas ces différences de s’illustrer dans des éléments qui, parfois, se ressemblent.

mariage-original
© Elizeu Dias

Revenons donc à cette phrase que j’entends si souvent : « j’ai vu ce texte, ce rituel, cette déco, ce cadeau invité (rayez la mention inutile), j’adore ! Mais j’hésite car ce n’est peut-être pas très original ; non ? » Alors, déjà, souvent, si ! Parce que vous avez plein d’idées, que vous cherchez l’inspiration partout.

Des bouquets de fleurs séchées, par exemple, c’est une tendance qui s’affirme, mais ce n’est pas encore le plus commun. On peut donc considérer que c’est original. Faire chanter l’assemblée pendant la cérémonie pour créer une énergie collective, je l’ai déjà vu quelques fois, mais oui c’est original, et c’est génial en plus !

La force de l’universel

S’il y a des choses que l’on croise plus fréquemment, leur originalité, ou du moins leur caractère unique demeure. Je pense, par exemple, au rituel des rubans ou au Je vous souhaite de Jacques Brel. L’un comme l’autre ont déjà fait partie de quelques-unes de mes cérémonies. Est-ce à dire qu’à chaque fois, j’ai célébré la même cérémonie ? Bien sûr que non ! Est-ce à dire qu’à chaque fois, il y avait une résonance unique ? Bien sûr que oui ! C’est la force de Brel et de quelques autres : ils arrivent à transmettre des idées universelles que chacun.e s’approprie dans son individualité. Pourquoi se priver de ce plaisir ?

MARIAGE original
© Luan Cabral

Le rituel des rubans permet d’associer des valeurs (et souvent des personnes) qui comptent à l’union que l’on célèbre, et c’est très beau. En plus, on ne met pas toujours en lumière les mêmes valeurs, on n’orchestre pas le rituel de la même manière, on ne l’intègre pas forcément au même endroit dans la cérémonie. Donc ce n’est jamais la même chose.

Alors avant de vous demander si vos choix vont faire de votre grand jour un mariage original ou pas, demandez-vous d’abord si ça vous parle, pourquoi ça résonne en vous, à quelle partie de votre histoire cela vous fait penser. Ce sont ces questions-là qui sont les bonnes. Si ça vous fait envie, c’est que vous êtes dans la bonne direction !

C’est quoi pour moi être officiante de cérémonie laïque ?


Ma charte d’officiante !

charte d'officiante pour une cérémonie
© Ernestine et sa famille

Ces derniers temps j’ai beaucoup réfléchi à ce que représentait mon métier, à la manière dont je définirais ma mission. Et cette question me semble en fait assez ardue. Je fais beaucoup de choses à l’instinct et la frontière est ténue entre la professionnelle et la personne que je suis. Mais je pense que c’est aussi ça qui construit ma conception de ma mission d’officiante. Alors j’ai eu envie de réunir mes idées et mon approche dans un article comme une charte d’officiante. Ma charte d’officiante comporte six grands points :

  1. Tout part d’une rencontre
  2. Chacun.e est unique ne l’oublie jamais
  3. Du sur-mesure tu créeras à chaque fois
  4. Les stars ce sont les mariés
  5. Toutes les histoires sont belles à raconter
  6. Du plaisir, tu prendras à chaque instant !

Pour le détail c’est ci-dessous ! Attention article fleuve !

Temps de lecture : 5 bonnes minutes 🙂

 

De l’importance de la rencontre

Les personnes dont je dois parler, les personnes que je dois écouter et représenter ce sont celles qui forment le couple des mariés. C’est pourquoi il me semble nécessaire que nous nous rencontrions. Je parle là de rencontre au sens fort du terme. La rencontre entre un couple et son officiante c’est l’étape nécessaire pour une cérémonie réussie !

charte d'officiante pour une ceremonie.fr
© Mikayla Herrick

Mes amis se moquent souvent de moi car après chaque rendez-vous avec un couple de mariés, je répète « je les aime bien eux » comme s’ils étaient mes préférés. Mais en fait ce sont tous mes préférés ! Avec chaque couple, il y a un lien qui se construit, des moments où ils me touchent particulièrement, des connivences évidentes et des sujets qui me posent question, me permettant d’aller encore plus loin.

charte d'officiante pour une ceremonie
© Brooke Cagle

Révéler le beau de chaque histoire

Toutes les histoires sont belles à raconter. Il y a du beau dans chaque événement, même dans les plus douloureux ou les plus gênants au premier abord. En préparant la cérémonie, on crée naturellement une intimité assez impressionnante avec les mariés. Une intimité digne d’une amitié bienveillante où je cherche à comprendre leur histoire sans jamais rien juger. C’est pourquoi je n’ai pas de tabou.

J’aime qu’on aborde les joies extrêmes, mais aussi les failles car elles participent des personnes qui forment le couple que l’on va célébrer. Ainsi, pour moi, créer des cérémonies sur mesure c’est intégrer, parfois juste entre les lignes, une histoire, un parcours, des familles, des envies, et des angoisses aussi. Tout a sa place dans une cérémonie de mariage, on dose ensuite avec les volontés et les pudeurs.

charte d'officiante de pour une cérémonie
© Alvin Mahmudov

Parfois un conflit familial peut être le prétexte à un discours sur le thème de l’amour et de la tolérance. Parfois l’’évocation de la perte d’un être cher peut appuyer un message invitant à profiter pleinement des moments de joie. Ou pour être plus légère, certains petits secrets comme une rencontre sur Tinder peuvent être dévoilés pour mettre les coups de foudre numériques à l’honneur. On peut faire passer de jolis messages tout en douceur pendant la cérémonie. Il suffit simplement de regarder du côté du beau.

Créer une expérience unique

Ce sont toutes ces petites choses qui vont faire de la cérémonie un événement unique. Unique car à l’image des mariés, bien sûr. Mais aussi unique car elle correspondra à un moment de leur histoire. C’est l’occasion de faire un arrêt sur image pour partager avec leurs proches ce qu’ils sont et ce qui compte pour eux à cette étape de leur vie.

charte d'officiante pour une cérémonie

Alors on part toujours d’une feuille blanche et on déroule ensuite les options, qu’on garde ou qu’on écarte au fur et à mesure. Cela peut, parfois, déstabiliser les personnes que je rencontre pour la première fois. En effet, je n’ai pas de modèle de cérémonie à leur proposer, seulement des directions, des inflexions. Car le modèle, leur modèle, je vais le créer avec eux. Il leur ira parfaitement et n’ira parfaitement qu’à eux. Et le jour de leur mariage, les stars ce seront eux. Seulement eux, pas moi. Je serai seulement une passeuse. Celle qui les mettra en lumière.

charte d'officiante - pour une Cérémonie
© Gul Kurtaran

C’est ainsi que j’essaie de fabriquer une cérémonie en accord parfait avec les mariés. Prenons, par exemple, la question des rituels. Avec certains couples, je sais que le rituel n’aura pas de sens ou de valeur, qu’ils auront l’impression de mimer quelque chose qui ne leur ressemble pas, alors on laisse tomber. D’autres fois, je sens que certains rituels – parfois classiques – symboliseront parfaitement des valeurs chères aux mariés. Il y a toujours de l’universel dans le classique, ne le boudons pas !

Et il arrive aussi qu’au fil des rendez-vous, on construise un rituel unique avec les futurs mariés. Un rituel qui s’intègre complètement dans leur démarche et leur histoire. Réalisé par d’autres, il n’aurait aucun sens mais avec eux il s’impose naturellement.

Construire une cérémonie sur-mesure

Ainsi, je crée des cérémonies sur-mesure, c’est un fait. Je ne suis pas la seule officiante à privilégier ce format. Et pour être honnête, je considère que toutes les cérémonies devraient l’être. Certes, j’ai conscience que le sur-mesure a un coût, et que cela peut être une contrainte réelle. Alors oui, créer une cérémonie de ce type ça coûte de l’argent, et parfois on n’a pas les moyens ou le budget. Je respecte cela. C’est vrai, je bichonne mes clients, c’est la manière dont j’aime travailler, mais je respecte les choix de celles et ceux qui privilégient d’autres budgets.

J’aime prendre le temps avec mes mariés, leur expliquer les options et leur raconter leur cérémonie. J’utilise des éléments concrets auxquels ils peuvent se raccrocher dans un premier temps : l’installation dans l’espace, la place de la musique, la façon de créer et verbaliser le symbolique dans la cérémonie. Peu à peu, je les vois s’approprier la cérémonie, leur cérémonie. Celle que nous fabriquons à partir de leur histoire et de leurs envies.

Mon rôle c’est d’être le chef d’orchestre pendant la préparation et le jour J. Je me vois comme une facilitatrice, je m’assure que les choses s’enchaînent avec fluidité. Je souhaite avant tout que les mariés et leurs invités se rappellent du moment dans sa globalité plus que de ma prestation de showgirl. Toujours ce fameux rôle de passeuse !

Une célébration aussi simple en apparence qu’elle a été élaborée en amont

Et oui, derrière mes airs de fille désinvolte et rigolote, je cache un côté très sérieux. Je fais des compte-rendu de rendez-vous, des listes de matériel à ne pas oublier le jour J. Je relance les retardataires pour qu’ils préparent leurs interventions à l’avance, j’écris ma cérémonie de A à Z et je la répète plusieurs fois avant de la célébrer le jour J. Parce que ce moment doit être parfait et en même temps très naturel. Et selon moi, il n’y a que la préparation rigoureuse en amont qui permette d’être pleinement à l’aise et détendu.e le jour J.

Ce sont tous ces éléments, portés par cette intention fondamentale, qui me permettent de donner vie à des cérémonies où l’on se rappelle essentiellement de la magie du moment. Je cherche toujours à créer des cérémonies à l’image de mes mariés évidemment, toutes en fluidité et en sincérité. Et quand en plus on me demande si je suis amie avec les mariés depuis longtemps, je danse intérieurement. Pour moi cette question boucle la boucle et symbolise au mieux le lien qu’on a créé et cette fameuse rencontre à laquelle je tiens tant !

Et si on préparait votre cérémonie ensemble ?

charte d'officiante - pour-une-ceremonie
© Frans Hulet

De 2022, l’année du feu à 2023, l’année de la joie

L’heure du bilan et des projets !

Crédit Valéry Villard

Cette année dense, folle et intense s’achève, c’est l’heure de faire le bilan, calmement, se remémorant chaque instant (ceux qui savent, savent 😉).

Mon 2022

En 2022, j’ai eu la sensation grisante et parfois un peu flippante de faire des pas de géant dans ma vie pro et perso. Après deux ans de ralentissement pro, semi-choisi, semi-subi j’ai repris le rythme de croisière des cérémonies en accompagnant 10 couples pour leur mariage. 10 belles rencontres, 10 célébrations hyper différentes, 10 écritures sur mesure néanmoins guidées par des envies et des valeurs très similaires : partage, accueil, générosité, simplicité.

On n’en a jamais fait trop ou pas assez, on a juste suivi les envies profondes des couples sans s’inquiéter du regard des autres. Parce qu’on sait que si on ne joue pas, si on est sincères et authentiques, rien ne paraîtra bizarre, surjoué ou hors de propos.

Through the glass Paris

Cette année, j’ai vu des grands stressés me sourire 10 minutes avant de commencer parce qu’ils étaient sereins, prêts à vivre pleinement le moment qu’on avait imaginé et dessiné ensemble. J’ai reçu des mails de parents me disant qu’ils étaient plutôt dubitatifs, sinon hostiles à la cérémonie laïque avant d’y assister, et qu’ils comprenaient désormais pourquoi leurs enfants avaient fait ce choix, et qu’ils avaient eu raison car ce moment leur correspondait pleinement.

câlin Amélie et sa maman
Crédits Alyna Phtographie

Cela me conforte dans ma définition de 2022 : l’année où l’on s’autorise à être soi. L’année où l’on ose tout court, même !

2022, l’année où l’on ose

Cette année, j’ai fait plein de choses que je n’avais encore jamais faites.

J’ai écrit un livre avec ma copine Anouck. Au départ, c’était un mini projet de guide pratique pour aider nos clients à écrire leurs vœux et on a fini par écrire une vraie Bible pour les futurs mariés (la version imprimée fait 12 pages ;-)). Du coup, on a décidé de le mettre aussi en vente, pour que les couples qui ne sont pas nos clients de cérémonie puissent en profiter. Je suis hyper fière de nous !

En 2022, j’ai coupé quelques ponts, de ceux qui font tourner en rond plutôt que d’aider à traverser. On me le conseillait depuis des années, je n’étais pas prête et j’ai appris cette année que rien ne sert de se forcer, de se presser. Quand c’est le bon moment, les choses se font en douceur et sans douleur.

En 2022, j’ai découvert le concept et les délices de la « zone de génie ». J’ai compris qu’on pouvait réussir sans lutter et qu’on n’en a pas moins de mérite. Maintenant que je le dis, maintenant que je le vis, ça me semble tout bête mais franchement, pour moi cette prise de conscience fait partie des pas de géant de l’année.

En 2022, j’ai aussi fait de jolies rencontres, de celles qui ouvrent la porte à des amitiés et, ou, à de belles collaborations. Je me suis régalée de mes ami.e.s, j’ai profité de ma famille et joué les tatas gâteaux.

En 2022, j’ai ri, j’ai pleuré, j’ai aimé, parce que c’est ça la vie, tout simplement.

Merci 2022 et coucou 2023 !

Crédits Sabine Greppo

Oui, merci 2022, tu as été une belle année d’apprentissage. Une année où je me suis réjouie de vieillir et de devenir toujours un peu plus moi, dans la pratique de mon métier et dans ma vie. C’est tellement bon ! Et, pour moi, tu as ainsi posé les prémices denses et joyeux de 2023. Oui, je n’ai pas la sensation d’un grand basculement entre 2022 et 2023, plutôt d’une belle et grande continuité, avec une Emilie, plus affirmée, plus aguerrie, plus enthousiaste encore !

En 2023, un nouveau projet de livre s’ouvre ! On attaque le 10 janvier ! Je verrai alors si je peux vous en dire plus !

En 2023, je lance aussi ma première Parenthèse cérémonie, ce sera en avril et j’ai déjà hâte ! C’est l’accomplissement d’une envie qui pointe depuis quelques temps, celle d’accueillir plusieurs couples le temps d’un week-end pour les aider à créer leur cérémonie. J’imagine ce moment à la croisée de la colonie de vacances et d’un séminaire dédié à la cérémonie laïque. J’espère qu’à la fin de leur week-end, les couples auront gagné de nouveaux copains (des copains de mariage !) – en plus de leur déroulé de cérémonie et des outils qui leur permettront de guider leur officiant.e d’un jour.

Crédits Valéry Villard

En 2023, je vais de nouveau faire le tour de France pour les mariages ! Ce sera l’occasion, comme l’année dernière, de profiter des amis aux alentours, une fois mon devoir accompli. Je vais encore visiter des lieux incroyables et rencontrer des collègues géniaux.

Ma saison est encore à peine complète mais je peux déjà affirmer qu’en 2023, je vais accompagner des couples merveilleux, de ceux que je quitte après chaque rendez-vous en me disant « je les aime bien ces deux-là« . Je n’en veux que des comme ça, j’avoue, et je me sens extrêmement chanceuse de la confiance que m’accordent ces couples adorables ! Alors même si tu ne fais que démarrer, 2023, je sais que je peux déjà te dire merci !

Je te le confirme dans un an !

Belle année à toutes et à tous ! Je vous embrasse.

Emilie

Célébrer la vie et honorer l’amour

Parler d’amour avec Chloé Ploncard

Chloé Ploncard, je la connais depuis que je suis petite mais je ne m’en rappelais pas. Honte à moi ! Elle venait en vacances chez sa grand-mère qui habitait dans mon village. On a même couru carnaval ensemble, sa sœur est en train de chercher les photos 🙂 Mais Chloé a surtout un parcours de guerrière contre la maladie mêlé à celui dune immense amoureuse.

Oui, Chloé aime, et je crois que c’est la plus belle définition de qui elle est.

Aimer dans son sens le plus large

Chloé Ploncard aime son amoureux mais pas seulement. Elle aime la vie, elle aime les gens et elle aime les voir s’épanouir. C’est dans ce but qu’elle a créé son Studio sacré. Elle y accompagne les femmes pour un voyage au cœur d’elles mêmes, avec beaucoup de douceur, sans jamais rien imposer, pour leur permettre de se retrouver et de s’honorer. Elle est aussi maquilleuse, une maquilleuse qui révèle, qui aide à se voir belle comme on est. Simplement comme on est.

Après une longue discussion dans un café à refaire le monde et partager nos expériences, elle m’a proposé une interview vidéo pour continuer notre échange sur l’amour. Je suis heureuse de la partager avec vous, elle est juste ici :

Merci encore Chloé pour ce beau moment d’échange, pour les portes qu’on a ouvertes ensemble et longue vie à tes projets !

PS : si ça vous tente, Chloé sera sur la scène du Théâtre du Gymnase à Paris le 14 mars pour présenter Sublime Paradoxe avec 5 autres femmes pour un voyage de l’ombre à la lumière, une exploration à la découverte d’un autre regard sur soi. Moi j’y serai !

37 ans

Aujourd’hui, j’ai 37 ans et je trouve ça merveilleux de vieillir !

Crédits photo Samantha Pastoor

Bon, je n’aurais pas dit ça en début de mois, où, comme tous les ans, j’ai été happée par un petit cafard des familles ! Mes pensées prenaient la couleur du camaïeu de gris que j’apercevais par la fenêtre et une petite voix me répétait sans cesse : tu vas avoir 37 ans. 37 ans ! Et où en es-tu dans ta vie ?

Bon déjà, cette question est nulle, qu’on se le dise. Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire « en être quelque part dans sa vie » ? Je n’ai toujours pas de réponse à cette question floue mais le cafard météo dépendant n’a, comme tous les ans, duré qu’une semaine ! Passé le chaos annuel de cette semaine triste, le bleu a remplacé le gris et mon état d’esprit a retrouvé sa lumière habituelle. Je me suis alors rappelé ma découverte 2022. Celle avec laquelle j’ai tanné l’intégralité de mes ami.e.s et de mon entourage depuis des mois : je trouve ça génial de vieillir ! Vraiment, cette idée a guidé mon année, chaque nouveau constat venant enrichir mon enthousiasme débordant sur le sujet. Alors, en ce jour fatidique (!) des 37 ans, j’ai décidé de partager ma liste de réjouissance avec vous !

Pourquoi j’adore vieillir ?

  • Je sais et j’assume de plus en plus qui je suis, je ne cherche plus être une autre, celle que je pense que les autres aimeraient que je sois (team ex-torturée) ! Cette Emilie, je la trouve chouette et je suis toujours heureuse quand les autres le pensent aussi 🙂
  • Je n’essaie plus de me mettre dans des cases ni de tenter d’y ranger les autres. J’ai compris qu’on pouvait mettre des « et » à la place des « mais ». Ainsi, je suis plutôt une intello (j’aime lire, penser le monde et débattre intelligemment) et j’aime aussi les blagues de potaches, je suis hyper sociable et j’ai besoin de moments en solo, je suis très organisée dans ma vie pro et beaucoup plus laxiste côté perso, je suis indépendante et j’ai besoin de me savoir aimée et appréciée. Rien n’est antinomique, tout est complémentaire
  • Nombre de mes amitiés se comptent en décennies, ces amours amicales sont un trésor. On se connaît par cœur et on se découvre encore, on a vécu mille aventures côte à côte : des grandes joies aux drames et aussi tous les plaisirs minuscules. On n’a jamais honte de se raconter les éléments improbables de nos vies, et on rit, qu’est-ce qu’on rit !
  • Je me sens légitime dans mon travail et plus les années passent, plus je sens mes compétences s’affiner et servir au mieux mes clients. À chaque nouvelle avancée, je saisis également toutes les nouvelles choses à développer et à apprendre et je savoure cet apprentissage permanent.
  • Je n’ai pas d’enfants mais en vieillissant, j’en ai de plus en plus dans mon entourage et les voir grandir est une vraie joie, j’aime me dire que ces petits êtres que je n’ai pas choisi d’intégrer dans ma vie (la réciproque est vraie d’ailleurs 🙂 me deviennent eux aussi indispensables.
  • J’ai fait la paix avec mon corps, et moi, on ne fait qu’un, on n’a pas (plus) à se battre l’un contre l’autre, au contraire, je le remercie de m’avoir portée et de me porter dans la vie. Depuis que je le regarde avec cet œil, j’ai appris le connaître et à l’écouter, ça change tout !
  • J’ai fait le tri dans mes relations pour ne garder que les personnes qui me respectent, me mettent en joie et me permettent d’avancer, d’évoluer et de grandir. C’est un régal de se sentir dans ce cocon aussi bienveillant que stimulant, merci car vous en faites partie aussi !

Vieillir, c’est grandir sans gagner de centimètres

Alors, bien sûr, vieillir c’est aussi avoir plus souvent mal au dos, aux genoux et la tête embrumée un peu plus longtemps après une grosse fête. Vieillir, c’est voir les autres vieillir et parfois mourir (oui je dis mourir comme Ben Mazué dans sa superbe chanson Des nouvelles) mais c’est aussi comprendre que ces absents restent toujours nichés en nous. Vieillir, ça donne des rides aux coins des yeux et de la bouche qui sont comme des dizaines de petites preuves qu’on a vécu intensément les choses.

Pour moi, vieillir c’est apprendre ! C’est grandir sans gagner des centimètres, c’est découvrir et assumer gaiement qu’on peut se faire confiance et s’écouter sans s’excuser. Vieillir, c’est devenir pleinement soi, débarrassée des préjugés, de la pression sociale et de tous les « il faut » et autres « on doit ». C’est tout simple et plein de gens n’ont pas attendu 37 ans pour en prendre conscience mais je suis une late bloomer heureuse, je prends mon temps, ça aussi ça fait partie de moi 😉

Et vous, vieillir ça vous apporte quoi ?

ZIWA 2022

J’ai gagné le prix ZIWA dans la catégorie officiants de cérémonie !

J’ai eu le bonheur de découvrir dernièrement que j’avais reçu un ZIWA (Zankyou International Wedding Award). Ce prix récompense les professionnels du mariage en France et dans le monde entier ! Il s’appuie à la fois sur les témoignages de mes clients (MERCI !!) et sur les votes des collègues du monde du mariage. Cette double reconnaissance est très importante pour moi, car elle est une preuve supplémentaire de la belle harmonie que je retrouve les jours de mariage aussi bien avec les mariés qu’avec les copains-copines prestataire. C’est un luxe de travailler dans de si belles conditions, je me sens tellement chanceuse pour cela ! Et c’est la deuxième fois que je gagne ce prix, je suis donc assez fière 😉

Lors de cette édition des ZIWA, plus de 20 500 prestataires en France ont participé. Grâce aux votes des professionnels et des couples, les meilleurs de chaque profession et de chaque région ont pu être récompensés. Cette année, le jury était composé d’acteurs du mariage de renommée nationale et internationale : l’Assocem, Mademoiselle Dentelle, Le Journal des Femmes, Grand Chemin Traiteur, Groupe Roland Paix, Printemps Mariage, Elsa Gary, Atout Cœur Wedding, L’Event, Blandin & Delloye, Julien Laurent Georges et Erisay Réception ; qui, par leur vote, ont mis en valeur le travail des professionnels de toute la France.

Merci à eux, merci à mes supers clients qui ont pris le temps de partager leurs ressentis sur l’expérience que nous avons vécue ensemble sur le site de Zankyou, merci à vous de me lire ici et sur les réseaux sociaux ! Je fais le meilleur métier du monde et je suis si heureuse qu’il soit mis en avant à travers les ZIWA !

Comment je suis devenue officiante de cérémonie laïque

Quand mes amis me soufflent mon futur métier

© Laurent André

Aujourd’hui c’est l’anniversaire de ma copine Clé, c’est donc un bon jour pour la célébrer et lui dire merci. Un immense merci car c’est grâce à elle que je suis devenue officiante !

Histoire d’une rencontre

Clémence et moi, on s’est rencontrées en 2009 lors de mon stage en éditorial web au BHV, un grand magasin parisien. C’était mes premières années à Paris, on faisait partie d’une fine équipe formidable et on a vécu 1000 choses ensemble : du boulot, des apéros, des concerts, des voyages, des soirées endiablées. Cette très bonne copine est peu à peu devenue une amie chère.

Fin 2014, Clémence et son amoureux Adrien m’ont invitée à dîner. Ils avaient un truc à me demander mais n’osaient pas, c’était à la fois rigolo et bizarre 🙂 Enfin, ils se sont lancés : ils allaient se marier et souhaitaient que je joue les officiantes d’un jour avec Max, un autre de leurs amis, pour leur cérémonie. Évidemment, j’ai dit oui !

La naissance d’une vocation

A l’époque, je ne connaissais absolument rien au monde du mariage. J’avais même quelques a priori : pour moi c’était un milieu sûrement cucul et un peu tradi. Bon, première bonne nouvelle, j’avais tort !

Je ne connaissais rien non plus aux cérémonies laïques. Je me lançais donc dans l’inconnu et la découverte avec cette mission et ce fût exaltant ! En créant la cérémonie de mes amis, je me suis rendu compte que j’aimais tout : les rendez-vous pour réfléchir, imaginer et dessiner ce moment, les échanges avec leurs proches pour les guider sur leurs discours, l’écriture aussi ! Chaque étape m’apportait son lot de joie et d’enthousiasme.

L’idée a, alors, commencé à germer. Cela faisait quelques mois que j’avais envie de me lancer à mon compte mais sans trouver la bonne idée. Et si elle était là ? Si au-delà de Clémence et Adrien, je mariais aussi des inconnus qui, folie, me paieraient pour ça ? C’était fou oui, mais cette pensée ne me quittait pas. Elle revenait me hanter.

© Laurent André

J’ai attendu le jour J avant d’en parler car je voulais être sûre que le « grand oral » se passerait aussi bien que la préparation. Et ce samedi d’avril 2015 a été une révélation : je voulais devenir officiante !

D’officiante d’un jour à officiante de cérémonie laïque

Grâce à un alignement des planètes des plus parfaits, j’ai pu quitter mon travail de chef de projet et me concentrer sur ma nouvelle vie. J’ai quitté les Galeries Lafayette en novembre 2015, une semaine après mes 30 ans et 6 mois plus tard, je créais Pour une cérémonie. Depuis j’ai la chance de faire un métier qui me donne envie de me lever chaque matin et qui me plait tellement que la plupart du temps, je n’ai pas la sensation de travailler. Alors merci Clémence et Adrien ! 1000 merci, 100 000 merci !

© Samantha Pastoor

Vous avez vu avant moi comment je pouvais lier la philo, l’écriture, le rire, le théâtre et mon amour des humains en une seule mission : celle de créer des cérémonies uniques qui relient les gens et parlent d’amour au sens large. Sans le savoir vous m’avez soufflé l’idée de ce métier merveilleux, je ne vous en serai jamais assez reconnaissante. Et comme on est le 31 mai : bon anniversaire ma Clé ! Merci pour tout et pour la personne merveilleuse que tu es !

comment je suis devenue officiante

Les points communs de mes mariés

Mes vrais clients idéaux !

© Samantha Pastoor

Quand on est à son compte, on reçoit nombre de conseils business, dont le fameux : « Trouve tes clients idéaux » : ces personnes qui achèteront à coup sûr la prestation.

Pour définir ce « type », on utilise, entre autres, les catégories socio-professionnelles, les classes d’âge et autres zonages géographiques. Honnêtement, au début, j’ai annoncé que mes clients idéaux étaient des CSP+, travaillant dans la communication ou le droit, vivant en ville et ayant entre 29 et 34 ans. Oui j’aime être précise dans mes projections 😉 Bon, ça arrive, mais il y a souvent des exceptions à cette règle et ça tombe bien car j’adore les exceptions. Et en plus, ces critères ne signifient pas tant pour moi.

Depuis, j’ai changé mon angle d’approche, et j’ai pris conscience qu’à défaut de catégories sociologiques, je croise quasi systématiquement trois points communs chez les couples que j’accompagne. Et pour moi, cela a beaucoup plus de sens !

Des couples très entourés et bien entourés

Quand on commence à parler de leurs amis et de leurs familles, la liste des prénoms s’enflamme ! Moi qui ai du mal à les retenir, je suis obligée de m’accrocher à mon stylo et à mon cahier 😉

Il y a les bandes de potes à 2 ou à 15, les amitiés individuelles, cette tante qui compte, cette ancienne voisine qui en sait tant, ces frères et sœurs qui ont grandi avec eux. Chaque relation est singulière, chaque relation compte et j’aime aller explorer leur pourquoi et leur comment.

Quand je contacte les proches, je prends souvent d’énormes shoots d’amour. Ceux-ci me révèlent le caractère précieux et réciproque des liens partagés entre les mariés et leur entourage. À chaque fois, ça m’émeut et ça me réjouit !

Des couples curieux et soucieux de donner du sens à leurs actions

Même si mes collègues me considèrent comme la littéraire, voire l’intello du clan, tous mes couples ne sont pas des universitaires germanopratins. Et tant mieux ! Néanmoins, ils ont en commun cette envie de comprendre, de donner du sens et de le partager. Tout ce qu’on intègre dans la cérémonie a sa place et sa valeur, on ne fait pas les choses parce qu’il faut les faire mais bien parce qu’on ne pourrait pas ne pas les faire.

Mes clients sont aussi curieux, heureux d’apprendre de nouvelles choses, que ce soit la recette des gnocchis maisons ou la théorie des androgynes chez Platon. J’adore ça car j’apprends, moi aussi, beaucoup de choses ainsi.

Des couples généreux et épicuriens

Ça se sent dès le premier rendez-vous où je suis souvent reçue comme une princesse ! Et ça se confirme quand ils m’expliquent leurs envies pour la journée de mariage. Ils aiment recevoir et s’enthousiasment de faire plaisir. Alors leur mariage est l’occasion de rassembler leurs proches, de les choyer en leur offrant une belle journée et des agapes de qualité : « des bons plats et des bons vins », c’est souvent le credo ! Évidemment, ça me parle 😉

C’est aussi pour cela que la cérémonie laïque est importante. Bien sûr, à travers elle, on célèbre l’amour entre deux personnes qui décident de s’engager ensemble. Mais on célère aussi tous ces liens, ce sens du partage et cette envie de donner sa place à chacun. Et clairement, j’adore cet esprit ! Pas vous ?!

Les trois meilleures décisions de ma vie

Il est toujours l’heure de célébrer ses fiertés !

© Sabine Greppo

Avec une de mes clientes, on discutait dernièrement de l’importance de reconnaitre et de célébrer les choses qui nous mettent en joie. Cet échange m’a donné envie de revenir sur trois grandes et géniales décisions dans ma vie !

Choisir la philo pour mes études supérieures

J’ai longuement hésité entre les lettres, l’histoire et la philo et je n’imaginais pas à quel point mon choix allait influer autant sur ma vie et la manière dont je la mène. Cette culture philosophique me porte et constitue une base solide où ancrer mes réflexions et mes idées, des plus intellos aux plus quotidiennes.

C’est devenu une part indissociable de moi, je cherche toujours le pas de côté qui me permet de réinterroger les évidences, je pose et je me pose mille questions, rien n’est jamais figé. C’est parfois inconfortable mais souvent passionnant et, chaque jour, je me félicite d’avoir osé y aller !

© Rey Seven

Devenir officiante de cérémonie laïque

C’était une folie et c’était la plus belle des folies ! J’ai quitté mon super boulot dans un bureau pour créer des cérémonies de mariage :-). À l’époque, ce format était encore confidentiel, mais j’étais sûre qu’il prendrait de l’ampleur. Je savais que cela correspondait à un vrai mouvement de fond dans la société : être plus en accord avec soi-même et ses convictions, allier sincérité et originalité ; je sentais aussi que c’était un milieu, un esprit dans lequel je pourrais déployer mes ailes.

Six ans après, je suis convaincue d’avoir eu raison ! Même après deux ans de covid, je sais que je suis au bon endroit. Là où mes planètes s’alignent. Et, je crée bien plus que des cérémonies avec les couples que j’accompagne : ces parenthèses-là deviennent des souvenirs incroyables.

© Samantha Pastoor

M’installer en Bourgogne et monter un projet immobilier

À 33 ans, j’ai quitté Paris et je me suis jetée dans l’inconnu à travers un projet monstrueux pour mes petites épaules : créer trois logements et une maisonnette des invités dans une maison abandonnée depuis des décennies. Les banques étaient plus que frileuses (vive le statut d’entrepreneuse – célibataire en plus !), mais une a été plus joueuse que les autres. J’ai tremblé en 2019, tangué en 2020 mais 2021 a vu le projet aboutir et ça fonctionne !!

Je suis extrêmement fière de cet accomplissement et surtout très heureuse de ma nouvelle vie ! Car au-delà du gros projet travaux, c’était un projet global : vivre à la campagne, me rapprocher de ma famille, recevoir du monde à la maison régulièrement, moi qui adore jouer les hôtesses, et ralentir le rythme aussi. Bon sur ce point, c’est raté mais je crois que j’aime ma vie quand elle est très en mouvement !

© Emilie Goulier

Et maintenant ?

Il y a les décisions qui changent une vie, celles qui changent une année, on ne sait jamais quel impact elles auront au moment où on les prend. La prochaine grande décision est encore à venir, à imaginer et à tester. J’ai hâte !

Et vous, quelles sont les grandes (ou petites) décisions qui rendent votre vie plus belle, plus folle, plus joyeuse ?

A nous 2022 !!

Ma déclaration d’intention à cette nouvelle année 🙂

© Samatha Pastoor

Le choix de l’optimisme

Oui, je fais partie des optimistes ! Quand ça tangue, quand c’est houleux, je suis convaincue que le calme et la joie reviendront. Peut-être parce que j’ai déjà traversé quelques tempêtes et qu’à chaque fois, j’ai appris, grandi puis savouré le nouvel équilibre qui s’instaurait. Alors, cette année 2022, je l’aborde avec enthousiasme et l’envie irrépressible de célébrer des cérémonies de mariage !

Oui j’ai très envie et j’y crois ! En 2021, j’étais moins confiante, échaudée par les nombreux reports, j’avais considérablement restreint le nombre de mes cérémonies. J’ai cependant vécu intensément chaque mariage et pris le temps, aussi, d’affiner mes envies et mes valeurs pour confirmer la manière dont j’appréhende mon métier.

Plus que des cérémonies

Ce que j’aime c’est penser, écrire, réfléchir mais aussi, et surtout, accompagner les autres dans cet exercice pour mieux affirmer qui ils et elles sont. Et je me réjouis sincèrement de travailler avec des couples intéressés par cette approche dans la préparation de leur cérémonie.

Ensemble, on ne crée pas seulement un joli moment, on va plus loin. On donne du sens, on explore les possibles pour révéler des valeurs essentielles, on dévoile des envies insoupçonnées, on ose ! On parle de vous deux et de votre amour bien sûr, de ce et ceux qui vous lient, mais aussi du quotidien, des joies, des épreuves, des choses banales qui ne le sont pas tant que ça, de la vie en somme ! Et c’est ça mon secret : avec vous, je célèbre la vie, votre vie !

Joli programme non ? Alors à nous 2022, à nous la vie ! On a de belles choses à créer ensemble !

PS : il reste quelques places dans mon planning cérémonies de 2022, n’hésitez pas à venir me parler de vos projets 🙂