Top 2019 pour l’entrée des mariés

Idées musicales pour l’entrée des mariés

Musique d'entrée des mariés
© Chiến Phạm

Pour imaginer sa cérémonie de mariage, on peut commencer par l’entrée des mariés. Par exemple, en se posant la question des différentes configurations possibles : arriverez-vous ensemble ? Ou chacun votre tour au bras d’un de vos parents, voire des deux ? Préférerez-vous une entrée en solo ?

Une fois ceci entendu, vous pouvez vous poser la question de la musique qui vous accompagnera. Vous avez évidemment carte blanche dans le choix ! Laissez-vous guider par vos goûts musicaux, mais aussi par le ton que vous avez envie de donner à ce moment symbolique.

Pour vous aider, je vous ai préparé une revue de mes entrées des mariés 2019 !

Beauté et solennité instrumentale

Commençons par le canon de Pachelbel en D majeur. Ce morceau fait partie des classiques pour l’entrée de la mariée notamment. Deux de mes mariées l’ont choisi cette année et je les comprends. Tout de suite une ambiance solennelle s’installe, on se sent emportés par les violons, flottant entre la joie et l’émotion.

Continuons !

Mozart, évidemment. Là aussi, l’émotion affleure et emporte l’assemblée dans un élan de douceur et de délicatesse. Le ton est posé !
Ici c’est le concerto pour clarinette et orchestre en La Majeur, Adagio.

Et pour sortir du classique mais en restant en musique :

J’ai découvert cet artiste l’année dernière et je l’ai retrouvé cette année pour l’entrée d’un de mes couples. Il suffit d’écouter les premières notes de ce River Flows in You pour sentir l’atmosphère qui ouvre la cérémonie. Ce sera beau, profond et touchant.

Le joli message pour son amoureux ou amoureuse

Quel autre qualificatif donner à cette journée ?

Lou Reed le dit si bien, ce mariage sera « a perfect day », c’est pourquoi Amélie et Raphaël ont choisi cette chanson pour leur entrée. Mes derniers mariés 2019, avaient aussi pensé à Lou Reed mais sur une autre chanson. Ils ont finalement opté pour cette magnifique déclaration de John Lennon !

La chanson bonne humeur :

Je vous présente la musique d’entrée de mes mariés de début octobre. J’adore !

Au-delà du clin d’œil que je suis obligée de faire à Love Actually, ce que j’adore dans ce morceau c’est qu’il imprime parfaitement une sensation de légèreté joyeuse et amoureuse. C’est l’effet Beach Boys ! Et sinon que pensez-vous de celle-là ?

Ici encore un classique ! Et quel plaisir de l’entendre. Cette année mes mariés Salomé et Léonard avaient demandé à une chorale gospel de nous accompagner pendant toute la cérémonie. Leur entrée au son de Happy Day résonne encore dans mes oreilles.

La mélodie qui nous emporte

Avec mes copines et copains officiants, on se pose parfois la question de la nécessité ou non d’insister sur le sens de la chanson que nos couples choisissent pour leurs cérémonies. En effet parfois les paroles sont tristes ou peu optimistes. Ma conviction c’est que le choix vous appartient. Si la mélodie vous plaît et que vous préférez ne pas prêter attention aux paroles, pourquoi vous censurer ? Les deux chansons suivantes ont des mélodies si belles qu’elles accompagnent aussi parfaitement une entrée :

Classique ou moderne, émouvante ou souriante, vous le voyez, tous les choix sont possibles. Cette année mes mariés ont surtout écouté leurs envies ! Et vous, quel choix ferez-vous pour votre musique d’entrée des mariés ?

Cérémonies laïques sur mesure : ma définition

Quand le sur mesure rejoint la haute couture

cérémonies laïques sur mesure
© Nicole Honeywill

Depuis quelques années, l’expression « sur-mesure » est à la mode. On l’entend beaucoup ; dans le milieu du mariage aussi. Comme toutes les expressions très usitées, elle perd parfois un peu de sa substance. Alors je me suis posé la question de la définition que j’en ferais. Que représentent pour moi des cérémonies laïques sur mesure ?

Depuis mes débuts, j’ai à cœur de créer des cérémonies uniques et à l’image du couple qui s’unit ce jour-là. Je n’imagine pas travailler autrement d’ailleurs. Et cela pourrait être ma première définition du sur-mesure. Pour pousser plus loin, je pourrais filer une métaphore empruntant au monde de la mode. Car il me semble que les cérémonies laïques touchent, elles aussi, à la haute couture !

Épouser les envies des mariés

Le principe du sur-mesure, selon moi, c’est d’abord d’être parfaitement réalisé, d’avoir des finitions sublimes. Et bien sûr de s’ajuster exactement à la silhouette de la personne qui va porter le vêtement. Comme s’il avait été cousu sur elle.

Pour les cérémonies d’engagement, il ne s’agit pas de silhouettes mais d’envies, d’idées, de valeurs. Il me semble essentiel que les mariés se sentent parfaitement à l’aise dans leur cérémonie, comme dans un vêtement sur mesure. Ce, dans les moindres détails et sans aucun « mais » qui ne vienne limiter le plaisir.

Manuella et Jérôme
© Alexandra Maldémé

En effet, une cérémonie peut être parfaite dans son déroulé, extrêmement bien menée, émouvante et drôle, accompagnée par les meilleurs musiciens, si les mariés n’arrivent pas à se l’approprier, c’est que ce n’est pas la bonne cérémonie. C’est comme une magnifique robe qui, une fois portée, baillerait à la taille et serrerait aux épaules. Pourtant splendide, elle ne mettrait pas la personne qui la porte en valeur. C’est dommage, non ?

Sublimer le couple

Continuons de filer la métaphore couture et prenons l’exemple de ma copine Adélie Métayer. Lorsqu’elle crée une robe unique et sur mesure, elle donne naissance à une pièce sublime et parfaitement ajustée au corps de la femme qui la portera. Evidemment. Elle a ce talent du beau et cet amour des belles matières.

Mais elle apporte quelque chose en plus : sa capacité à magnifier la silhouette, mettant en valeur les atouts et faisant oublier les petits défauts, voire les sublimant. Elle révèle le beau et lui donne toute sa puissance. Elle propose des idées, présente un détail qui lui semble correspondre aux envies profondes et parfois informulées de sa mariée.

la cérémonie de Jehaan et Guillaume
© Onzième Avenue

Je fais la même chose pour mes cérémonies. Il y a ce que vous voulez, ce que vous attendez et il y a ce que l’on crée et qu’on révèle ensemble. Mon but est que vous découvriez votre cérémonie encore plus belle que celle que vous avez imaginée. Encore plus belle et toujours parfaitement vous.

La touche de la créatrice

Et c’est en ce sens que je pense que créer des cérémonies laïques sur mesure c’est comme créer des robes haute couture. Parce qu’on crée à partir des personnes qui font appel à nous, on s’adapte à leurs envies, à leurs besoins, à leurs craintes aussi. On crée un objet unique qu’on sublime également avec une patte, une touche personnelle.

Cérémonie laïque sur mesure
© Onzième Avenue

En effet, dans une cérémonie il y a vous, vos personnalités, vos aspirations mais il y a aussi moi, ma manière de fonctionner, ma plume et la personne que je suis aussi. Les cérémonies que je crée sont le fruit d’une rencontre entre trois personnes, vous deux et moi, mais aussi entre vos aspirations et une manière particulière d’y répondre.

Une robe Valentino ne sera jamais une robe Dior. Et, si je n’oserai jamais me comparer à ces deux grands maîtres, je suis convaincue qu’une cérémonie porte elle aussi la patte de sa créatrice (ou de son créateur). D’où l’importance, de bien choisir la personne qui créera votre cérémonie avec vous. Elle y laissera son empreinte tout en sachant s’effacer pour sublimer votre couple et révéler le beau de votre histoire.

Cérémonie laïque par Emilie Goulier Manoir de Tigeaux
© Tristan Perrier

La déclaration d’amour

Idée lecture pour une cérémonie d’engagement : Alain Badiou

déclaration d'amour
© Candice Picard

J’ai déjà évoqué ce passage de L’éloge de l’amour de Badiou. Et en le relisant ce matin, je me suis dit qu’au-delà de l’explication de texte, je devais le partager dans sa longueur avec vous. Parce que c’est beau, que c’est extrêmement bien écrit et que c’est une définition de la déclaration d’amour aussi poétique que furieusement réelle. Je vous l’offre, délectez-vous. Et inspirez-vous !

Lors d’une déclaration d’amour nous dit Badiou :

« il s’agit de prononcer une parole dont les effets, dans l’existence, peuvent être pratiquement infinis. C’est bien aussi le désir du poème. Les mots les plus simples se chargent alors d’une intensité presque insoutenable. Déclarer l’amour c’est passer de l’événement-rencontre au commencement d’une construction de vérité. C’est fixer le hasard de la rencontre sous la forme d’un commencement.

déclaration-amour
© Jon Asato

Et souvent ce qui commence là dure si longtemps, est si chargé de nouveauté et d’expérience du monde que, rétrospectivement, cela apparaît non plus comme du tout comme contingent et hasardeux, comme au tout début mais pratiquement comme une nécessité. C’est ainsi que le hasard est fixé : l’absolue contingence de la rencontre de quelqu’un que je ne connaissais pas finit par prendre l’allure d’un destin. La déclaration d’amour est le passage du hasard au destin, et c’est pourquoi elle est si périlleuse, si chargée d’une sorte de trac effrayant. La déclaration d’amour, d’ailleurs n’a pas lieu forcément une seule fois, elle peut être longue, diffuse, confuse, compliquée, déclarée et re-déclarée, et vouée à être re-déclarée encore. C’est le moment où le hasard est fixé. Où vous vous dites : ce qui s’est passé là, cette rencontre, les épisodes de cette rencontre, je vais les déclarer à l’autre. Je vais lui déclarer qu’il s’est passé là, en tout cas pour moi, quelque chose qui m’engage.

Voilà : je t’aime. Si « je t’aime » n’est pas une ruse pour coucher avec quelqu’un, ce qui peut arriver, si ce n’est pas une ruse, qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce qui est dit là ? Ce n’est pas simple du tout de dire « je t’aime ». On a l’habitude de considérer ce petit bout de phrase comme absolument usé et insignifiant. D’ailleurs quelquefois, pour dire « je t’aime » on préfère employer d’autres mots plus poétiques ou moins usés. Mais c’est toujours pour dire : ce qui était un hasard, je vais en tirer autre chose. Je vais en tirer une durée, une obstination, un engagement, une fidélité. (… ) »

Alain Badiou, Nicolas Truong, Eloge de l’amour, Flammarion, 2009

Le premier rendez-vous cérémonie : comment ça se passe ?

Et un jour on se rencontre

premier rendez-vous cérémonie
© Charles Deluvio

Notre premier rendez-vous cérémonie c’est un peu comme un premier rendez-vous amoureux. On s’est croisés, on a discuté par téléphone ou par mail, et tout à coup on décide de se voir dans un contexte précis. Et comme pour un premier rendez-vous, cela nous permet de voir si la magie opère, si le coup de cœur se confirme. J’arrête là la métaphore amoureuse mais vous voyez l’idée !

On se découvre

C’est toujours un peu impressionnant ces rendez-vous. J’espère que je vais vous plaire, vous comprendre et vous correspondre. J’espère aussi que vous me plairez, que j’aurai envie de vous connaître chaque jour un peu mieux et que le jour de votre cérémonie, on pourra me prendre pour une de vos amies.

premier rendez-vous cérémonie

Alors pendant ce premier rendez-vous cérémonie on s’apprivoise. On lance quelques blagues, on se teste sur des références en musique ou en cinéma. Bref, on crée des mini connivences et j’apprends à me mettre sur votre longueur d’ondes.

L’art de la conversation

Cet art pourrait sembler assez simple pour la bavarde que je suis ! Mais lors d’un premier rendez-vous, je suis aussi un peu plus timide. Alors pour dépasser cela, je vous pose plein de questions ! Elles paraissent parfois en pagaille, comme la conversation que nous entretenons à trois. On parle ainsi de vous, de votre famille, de vos valeurs, de ce qui vous amuse, de ce qui ne vous plait pas du tout. On touche parfois quelques sujets sensibles. Des fêlures familiales, des sujets tabous, des absents qui vous manqueront très fort le jour de votre mariage.

premier rendez-vous cérémonie
© Clem Onojeghuo

Je découvre aussi l’histoire de votre couple évidemment. Vous me racontez votre rencontre, vos envies pour la cérémonie, et me posez toutes les questions qui vous taraudent. Je vous explique tout ce qu’on peut mettre dans une cérémonie et on commence à identifier ensemble ce qui vous correspond dans la foule des options. Parmi elles, il y en a qu’on écarte vite et d’autres qu’on laisse de côté dans un premier temps. Elles auront le temps de mûrir pour les prochains rendez-vous.

premier rendez-vous cérémonie
© Brooke Cagle

Et parfois, si je me sens parfaitement à l’aise, je vous raconte un peu ma vie aussi. Non en fait ça, ça arrive tout le temps. Je suis incorrigible !

On se laisse le temps

Prendre sa décision sur la personne qui va célébrer et préparer la cérémonie n’est pas anodin, loin de là. Notre premier rendez-vous cérémonie est une rencontre, il ne vous engage pas nécessairement. Je n’ai pas besoin d’une réponse tout de suite. Vous réfléchissez, vous en reparlez sans moi et vous me dites ensuite. Je vous laisse ce luxe-là. Et quand vous me dites oui, je fais une petite danse de la joie à mon bureau puis on démarre !

premier rendez-vous cérémonie
© Konstantin Planinski

Je vous envoie le compte rendu de nos échanges ainsi que mon questionnaire sur votre couple. Je n’ai ensuite qu’une hâte : recevoir vos réponses au questionnaire et vous revoir pour notre deuxième rendez-vous !

Votre sortie des mariés

L’art de la sortie !

sortie-des-mariés
© Elodie Ozanne

On réfléchit souvent aux options pour l’entrée des mariés et du cortège dès le premier rendez-vous avec mes amoureux. C’est une bonne manière de se projeter dans le concret de la cérémonie laïque et de faire jouer l’imagination. Partis de cette entrée, on avance sur les étapes, la conversation s’emballe et les idées fusent. Et c’est souvent lors du deuxième rendez-vous, lorsque vous vous êtes approprié les premières étapes de la cérémonie, que nous pouvons étudier la dernière étape cruciale : votre sortie des mariés !

On pourrait penser que cette sortie des mariés a peu d’importance car techniquement la cérémonie est terminée : les étapes fortes comme l’échange des vœux et des alliances sont réalisées, les discours sont passés et pourtant… Pourtant, votre sortie c’est la note finale de votre cérémonie laïque, elle a une vraie fonction symbolique. C’est également le moment de transition entre la célébration et le vin d’honneur. Alors on l’organise comment ?

La classique de cérémonie laïque : vous remontez l’allée entourés de vos invités

Qui dit classique, dit souvent bonne idée. J’aime vous proposer des idées originales mais je reconnais aussi la valeur de ce qui marche ! Et l’un des avantages de cette sortie des mariés c’est que vous profitez encore pleinement de l’ambiance en passant entre vos proches avant de rejoindre le cocktail. C’est l’occasion pour eux de vous applaudir pour la première fois en tant que couple marié et de vous couvrir de confettis, pétales et autres bulles. Les enfants adorent ! Et les grands aussi avouons-le.

Sortie des mariés

Cette sortie donne également lieu à de très jolies photos et rien que ça c’est un argument ! Et ce qui est aussi sympa avec cette sortie c’est qu’elle vous permet d’être les premiers à procéder à un rituel collectif. Par exemple, si vous avez choisi de créer une bibliothèque des mariés ou un arbre à empreintes, vous pourrez ouvrir le rituel et ainsi guider vos proches qui vous rejoindront. En plus, vous gérerez plus facilement le flux des embrassades car les gens passeront au stand du rituel avant de venir vous prendre dans leurs bras !

Ma note perso : si vous n’avez pas de rituel collectif à la fin, demandez au traiteur de vous attendre à la sortie avec une coupe de champagne. Vous pourrez alors vous tourner vers vos invités et trinquer tous les deux avant que vos proches quittent les rangs et s’approchent de vous.

sortie des-mariés
© Jason Briscoe

La sortie des mariés plus tradi : vos invités vous attendent à la sortie

C’est une sortie qu’on voit beaucoup à l’église, notamment parce que la cérémonie est en intérieur. Pendant que les mariés signent les registres, les invités sortent et les attendent à l’extérieur. Et ça marche aussi pour les sorties de cérémonie laïque, quelque soit la configuration de votre espace !

Un des gros points forts de cette sortie, c’est qu’elle vous accorde une respiration rien qu’à deux avant de retrouver vos proches. Ces quelques minutes où vous pouvez profiter l’un de l’autre dans cette journée qui passe si vite. Accordez-vous ce moment pour prendre conscience de l’étape symbolique que vous venez de passer, car ça y est vous êtes mariés !

Sortie mariés
© Tom Fire

En vous attendant vos invités pourront créer comme une haie d’honneur pour vous. Cette année on avait, par exemple, pensé à une haie de partitions et de drapeaux anglais pour A&B (elle est prof d’anglais et il est chef de chœur). Ce clin d’œil à vos métiers ou vos passions amusera toujours vos proches !

La sortie sans sortie : ce sont vos invités qui viennent à vous

A plusieurs reprises certains couples m’ont dit qu’ils n’avaient pas envie d’une sortie des mariés à proprement parler. Cela ne leur correspondait pas, ils n’avaient pas envie de fendre ou de rejoindre la foule telles des rocks stars. Au contraire, ils imaginaient une fin toute simple, axée sur le partage.

sortie sans sortie
© Chikeun Park

Alors on s’est dit que leurs invités viendraient à eux. Donc au lieu de créer un mouvement vers la sortie, on a réuni les gens dans l’espace de la cérémonie. Cet espace de célébration qui avait une forte dimension symbolique pendant la cérémonie laïque devenait alors un lieu d’échange que chacun s’appropriait. En cela, c’est une jolie manière de terminer la cérémonie et de sortir de la bulle sacrée qu’était ce moment de célébration.

Ma note perso : souvent les gens hésitent et n’osent pas venir vous embrasser les premiers. Alors je vous propose de définir les personnes prioritaires en amont et de les inviter en premier à la fin de la cérémonie. On peut penser par exemple à vos parents, grands-parents ou à vos témoins. Vous avez peur que les félicitations durent trop longtemps ? Votre officiant.e pourra, au bout d’une quinzaine de minutes, inviter l’assemblée à se diriger vers le cocktail. Les retardataires vous féliciteront plus tard autour d’un verre !

Il y a évidemment mille autres formes de sorties originales : en bateau, à vélo, dans les airs, etc. Promis je vous ferai un article bientôt ! En attendant, quel type de sortie vous tenterait ?

Vœux de Tarah à Sélim

Les débuts d’une histoire d’amour

vœux de Tarah
© Tiko Giorgadze

Tarah et Sélim c’est l’histoire d’une rencontre imprévue. D’une erreur de rendez-vous et d’un quiproquo qui est devenu une histoire d’amour. Ou comment l’inattention peut être une qualité et faire bouger les lignes.

Pour rédiger ses vœux, Tarah a voulu revenir sur sa première rencontre avec Sélim, celle qui n’aurait pas dû avoir lieu, et pourtant…

Sélim, mon n’amour, mon loup, mon homme

Quand Emilie nous a demandé de lui raconter notre rencontre, j’ai eu un peu honte. Elle est belle notre histoire, mais notre rencontre présente la majorité de mes défauts en deux phrases. C’est vrai, je ne suis pas physionomiste et quand je suis stressée je ne suis pas très concentrée non plus. Et quand, en plus, je veux me prouver des choses, je fonce sans regarder autour de moi. Alors ce soir-là, je me suis précipitée vers toi pensant que tu étais le garçon avec qui j’avais rendez-vous ! J’ai vérifié en plus sur la photo, et je me suis dit « c’est lui ». Voulant me prouver que je pouvais moi aussi rencontrer l’amour sur une appli, j’ai foncé et je suis venue te saluer !

J’avais rendez-vous avec un petit brun d’origine italienne, avec une veste en cuir marron. Sur ses photos Tinder, il avait l’air pas mal et quand je t’ai vu, je me suis dit « ah ouais, il est plus beau qu’en photo et il n’est pas si petit en fait ». Je ne sais pas vraiment ce que tu as pensé en me voyant approcher mais tu es joueur, j’aime ça chez toi, et tu t’es laissé porter. Et tu m’as emportée.

Tu n’es pas franchement d’origine italienne mon Sélim, tu as pile la bonne taille, celle qui fait que je peux me lover dans tes bras, tu portais une veste en toile et non en cuir, mais si tu savais comme je suis contente de m’être trompée. Je me suis sentie tellement mal quand, à la fin du rendez-vous, tu m’as dit que tu serais ravi d’avoir mon numéro et que ce n’était pas si souvent qu’une fille venait te parler. Que tu aimais mon « assurance ». J’ai d’abord paniqué et je me suis dit que moi aussi je pouvais être joueuse, alors j’ai souri et j’ai récité mon numéro.

Une fois dehors j’oscillais entre la danse de la joie et la marche de la honte. Et j’ai reçu un message de ta part, le premier. En quelques mots, tu m’as fait sourire et le premier papillon est né dans mon ventre. Aujourd’hui des papillons dans le ventre, j’en ai plein !

Je ne les compte plus, ils sont nés de ton sourire, de tes attentions permanentes, ils se multiplient encore quand je te regarde et que tes yeux pétillent. Merci mon n’amour.

Merci d’avoir joué avec moi ! Merci de jouer encore avec moi, même si des fois ça m’énerve. Merci d’avoir été là, à la place de Marco 53 et de m’avoir fait vivre 3 années formidables. Nos premières. Car je sais qu’elles sont comme ton texto du premier soir, un avant-goût du bonheur à venir.

Je t’aime.

Retrouvez d’autres exemples de vœux de mariage

NB : les vœux de Tarah comme tous les modèles de la catégorie « Vœux et discours » sont le fruit de mon imagination. Comme on dit dans les films, « toute ressemblance avec des personnes réelles …. » 🙂

Créer un rituel personnalisé pour votre cérémonie laïque

Votre histoire comme base de votre rituel de mariage

rituel-personnalisé-ceremonie-laïque
© Alvaro Reyes

Il y a les rituels qui existent et qui correspondent parfaitement à certains couples. Il y a les rituels dont on s’inspire pour les adapter à vos envies et il y a le rituel personnalisé que l’on crée à partir de votre histoire. Vous n’imaginez pas à quel point les anecdotes que vous me racontez peuvent être le matériau d’un vrai moment symbolique de votre cérémonie laïque.

On peut s’inspirer de l’histoire de votre couple, de traditions dans votre famille voire de vos blagues récurrentes du quotidien. Je vous raconterai bientôt la cérémonie de N&G qui regroupe un florilège de rituels et autres clins d’œil très personnalisés, et je vais essayer ici de vous présenter un panel des idées à partir de quelques envies que j’ai déjà croisées. Allons-y !

Inscrire vos débuts ou vos premières fois dans votre cérémonie laïque

Profitez de votre cérémonie pour raconter votre histoire et revenir sur vos débuts. Vous deux c’est une multitude de premières fois qui sont parfois devenues des rituels. Un de mes couples de 2019 s’est amusé à créer une régate de coquilles de noix lors de leur premier rendez-vous. Ça les a fait rire et ils ont construits leurs bateaux-noix. Depuis quand ils sont près d’un cours d’eau, ils y déposent un nouvel esquif de coquille. Evidemment, nous allons reprendre cette idée pour leur cérémonie. On est encore en train de finaliser le comment mais on sait déjà qu’on donnera vie à cette idée.

Un autre de mes couples a axé son rituel sur les voyages. En effet, aucun des deux ne voyageait vraiment avant de rencontrer l’autre. Or, depuis qu’ils sont ensemble, ils s’en donnent à cœur joie ! Je leur ai donc proposé de créer un tableau de voyages pour retracer les passés et prévoir les futurs.

rituel personnalisé voyages

Illustrer votre couple à travers votre rituel personnalisé

Se marier et organiser une cérémonie sur mesure vous permet de mettre en valeur ce que vous êtes et vos passions. J’ai ainsi eu un marié fan de Wagner cette année qui a imaginé un rituel inspiré de l’opéra Lohengrin. Avant de procéder au rituel du sable qui unissait la famille qu’ils ont construite, les mariés ont échangé des anneaux (qui n’étaient pas les alliances) lors d’un rituel de transmission. L’anneau du marié était gravé d’un symbole se référant au cor, à l’épée et à l’anneau que Logengrin remet à Elsa à la fin de l’opéra. Oui c’est un truc d’initiés, mais nous avons expliqué en quelques mots en quoi cet anneau plaçait les mariés comme parents et protecteurs de la famille; en insistant également sur la vocation de ces anneaux. Un jour, eux aussi, seraient transmis aux enfants de la famille pour les accompagner.

rituel personnalisé

Raconter son histoire c’est parfois aussi rendre hommage à ses traditions. Une de mes mariées a voulu utiliser le henné pendant la cérémonie. Dans la liste de nos idées, il y avait une variation au henné autour du rituel des mains liées. Je leur ai proposé de déposer une petite boule de henné au creux de chacune de leurs mains. Avant de prononcer leurs vœux, ils unissaient leurs mains, mêlant alors le henné dans leurs paumes. Leurs mains restées unies pendant tout l’échange de vœux, puis on retirait la boule de henné, mais la marque elle restaient. Ainsi, ils gardaient physiquement une trace du moment où ils avaient échangé leurs mots d’amour.

S’approprier des rituels existants

On peut aimer le sens d’un rituel mais avoir envie de l’adapter à ses envies. Ainsi quand on a évoqué l’idée de créer une capsule temporelle avec N&G, on a aussi intégré leur envie de garder un souvenir concret du lieu de la cérémonie. Ça tombait bien on était sur la plage ! Quelques-uns des amis des mariés ont donc apporté un objet-souvenir qu’ils ont glissé dans un bocal pendant que chacun.e des autres invité.e.s glissait chacun une poignée de sable ramassé sur la plage. La capsule temporelle qu’on a créée nous a donc permis d’enfouir les souvenirs dans le sable, comme un trésor à redécouvrir plus tard.

rituel personnalisé sable
© Ronan Le Pellec

Autre détournement de rituel classique pour créer un rituel personnalisé : le tableau des souvenirs de B&P. Ils aimaient l’idée d’un rituel participatif. Alors plutôt qu’un arbre à empreintes ou une bibliothèque des mariés, ils ont créé un tableau réunissant des photos apportées par leurs proches. A la fin de la cérémonie, chacun.e est allé.e accrocher une photo, celle d’un moment heureux partagé avec les mariés. Là encore, le but du rituel était de montrer l’importance et la place de chacun dans la vie des mariés. C’était aussi un moyen pour eux de garder, à travers un souvenir de la cérémonie, de nombreux souvenirs de vies bien remplies.

Evidemment ce ne sont que des exemples et il est possible que certains d’entre eux ne vous parlent pas. C’est normal, ils sont tellement liés à l’histoire et aux facéties des couples avec lesquels on a créé ces rituels. Pour eux comme pour toute cérémonie laïque que je crée, on part d’abord de vos envies !

«Aimer, c’est partager» par Martin Gray

Un classique de cérémonie : Martin Gray

« Aimer, c’est partager » de Martin Gray, c’est un classique. On l’entend beaucoup dans les cérémonies et ce n’est pas par hasard. Si Jacques Brel l’est aussi avec ses Souhaits aux aventuriers de la vie, avec Martin Gray on touche à autre chose. Jacques Brel, c’est la douceur et la poésie alors que Gray touche à quelque chose de plus solennel. Son ton est plus docte et nombre de ses textes peuvent être lus pour créer un moment plein de révérence.

Aimer, c'est partager
© Eva Balogh

Lire Martin Gray avec un peu de recul

Honnêtement, on peut puiser des textes très beaux dans le Livre de la vie, ou même dans Le nouveau livre, alors faites-vous plaisir ! Il y a de jolies définitions de l’amour, des réflexions sur le couple, la famille et le mariage qui portent à réflexion et peuvent apporter une belle émotion.

Mon seul bémol est dans la lecture complète de ces œuvres. Alors oui je sais, Martin Gray aurait 97 ans cette année et il a grandi à une autre époque ; il a traversé des épreuves horribles (aussi bien pendant la seconde guerre mondiale que plus tard quand il a perdu sa famille dans un incendie) mais pour le dire gentiment, ce monsieur n’était pas la personne la plus tolérante du monde. Quant à l’homosexualité notamment ou au rôle de la femme. Et c’est pour cela que j’ai été plus d’une fois circonspecte quand je lisais ses livres dans leur intégralité.

Ce bémol étant posé, je vous laisse juges des textes et vous présente ce classique de cérémonie. Il fait partie de ces définitions qu’on imagine bien lues par un parent ou une figure parentale. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Alors aimer c’est quoi selon Martin Gray ?

Aimer, c’est partager des mots, des regards, des espoirs, des craintes.
L’Amour n’est jamais contrainte.
Il est joie, liberté, force.
L’Amour est emportement et enthousiasme.
L’Amour est risque.
N’aiment et ne sont pas aimés ceux qui veulent épargner, économiser leurs sentiments.
L’Amour est générosité, l’amour est prodigalité, l’amour est échange.
Qui donne beaucoup reçoit beaucoup en fin de compte.
Car nous possédons ce que nous donnons.
Aimer ce n’est pas mutiler l’autre, le dominer, mais l’accompagner dans sa course, l’aider.
Savoir accepter l’autre tel qu’il est.
Être joyeux du bonheur qu’il trouve.
L’aimer dans sa totalité : pour ce qu’il est, laideur et beauté, défauts et qualités.
Voilà les conditions de l’Amour.
Car l’Amour est une vertu d’indulgence, de pardon et de respect de l’autre.

 

Martin Gray, Le livre de la vie, « Aimer, c’est partager »

La Philothérapie d’Eliette Abécassis

Philosopher pour mieux aimer

Philothérapie d'Eliette Abecassis
© Lili Kovac

Le pitch philothérapique 

J’ai lu la philothérapie d’Eliette Abécassis cet été, sur les conseils d’une de mes élèves de la formation « Wedding Officiant » à l’International Wedding Institute, merci Manon !

C’est l’histoire d’une jeune femme qui, après une rupture et des déceptions, veut « guérir de l’amour » car ça lui fait trop mal. Pour effacer la douleur, elle cherche donc à en effacer la cause : l’amour. Elle tombe alors par hasard chez son libraire sur la carte d’un « philothérapeute » et décide de tenter le coup. Et oui pourquoi pas la philo ?

A travers ses différents cours, elle va apprendre à distinguer les mille nuances de l’amour en identifiant ce qui est désir, ce qui est envie ou encore simplement l’amour de soi. Elle apprendra aussi que plutôt que guérir de l’amour, on peut aimer simplement, sereinement en sachant ce qu’on y abandonne et ce qu’on y trouve.

Je n’ai pas tout aimé dans ce livre, j’y ai trouvé des longueurs et j’avais deviné trop tôt le secret sur un des personnages, mais il y a de jolis passages philosophiques que je vous invite à visiter. On y retrouve évidemment Le banquet, mais pas que ! J’y ai aussi trouvé une belle définition du sentiment amoureux et de ce qu’il donne à ressentir. Alors je me suis dit que ça pourrait vous inspirer. C’est juste ci-dessous, vous me direz ce que vous en pensez !

Philothérapie-d'Eliette-Abecassis
© Alice Hampson

Extrait de Philothérapie d’Eliette Abécassis

« L’amour ne produit pas de vérité (…). Il produit du sens. L’amour, parce qu’il est un discours, est
même le plus grand producteur de sens. L’état amoureux donne à vivre, donne à voir, comprendre, il
offre une énergie telle qu’elle unifie et organise tout autour de lui. C’est une couleur qui s’empare d’un
ciel gris. C’est une musique qui couvre le bruit des voitures le matin. C’est un goût que prend chaque
aliment, même le plus fade. C’est un parfum enivrant, qui exalte les sens. L’amour remplit le monde
de beauté, de spiritualité et d’intelligence. Il ouvre les cœurs à la bienveillance. Quand on aime, on
aime le monde entier. »

 

Philothérapie, Eliette Abécassis, 2016, Flammarion

Dimanche soir

Une déclaration comme des vœux

Dimanche soir
© Nathan Dumlao

Emprunter les mots de Grand Corps Malade pour exprimer ce qu’on ressent

Cet homme a du talent, un vrai talent de parolier. Le talent de mettre en mots des sentiments tellement évidents qu’ils en deviennent souvent indicibles. A l’écouter, on se dit « mais oui c’est ça, c’est exactement ça que je ressens ». Et ça marche encore avec cette chanson Dimanche Soir. Cette année, elle a été lue à deux voix comme une note d’intention de la cérémonie qui s’ouvrait, pour installer le ton. Elle donnait la dimension de l’amour qui était célébré : un amour serein et pourtant chaque jour ébahi du miracle constant de son existence.

J’aimais bien cette idée de la note d’intention, mais en le relisant ce matin, je me dis aussi que pour les pudiques ou les personnes peu à l’aise avec l’écriture, ce chanson pourrait faire office de vœux. En croisant les voix sur ce texte, on pourrait exprimer simplement et sincèrement ce dont les vœux témoignent. Qu’en pensez-vous ?

Dimanche soir,

Parce qu’avec toi le temps a pris de nouvelles dimensions
Que ma routine s’est égarée dans ces changements de direction
Parce que les jours de la semaine se mélangent dans ce bazar
Parce que c’est toi, parce que t’es là, je n’ai plus peur du dimanche soir.

Parce que ça arrive tellement souvent que je sois en pic de sentiments
Et que ma pudeur accepte quand même de te le faire comprendre gentiment
Parce qu’il paraît que l’homme s’habitue vite, s’habitue trop
Et qu’moi je sais que mes deux mains ne se lasseront jamais de ta peau.

Quand je vois tout ce qu’on a construit, je me dis que dix ans c’est tellement long
Et puis je me dis que c’est tellement court à chaque fois que s’affiche ton prénom
Parce que le temps n’a pas d’emprise sur la couleur de tes yeux
Parce que le vent éteint une petite flamme mais attise un grand feu.

Parce qu’on s’est tant rapprochés que nos souvenirs se ressemblent
Parce que quand la vie n’est pas simple, c’est tellement mieux d’être ensemble
Parce que je sais que le lundi, je vais te parler et te voir
Parce que c’est toi, parce que t’es là, je n’ai plus peur du dimanche soir.

Je l’ai dans la tête comme une mélodie alors mes envies dansent
Dans notre histoire rien n’est écrit mais tout sonne comme une évidence
Parfois elle aime mes mots mais cette fois c’est elle que mes mots aiment
Et sur ce coup là c’est elle qui a trouvé le plus beau thème.

Parce que je te chambre sur tes manies mais que je pourrai plus me passer d’elles
Parce que je me moque de tes défauts mais qu’ils me sont devenus essentiels
Parce qu’avant de te regarder partir, je te vois te maquiller dans le miroir
Parce que c’est toi, parce que t’es là, je n’ai plus peur du dimanche soir.

Parce qu’on est libres quand on est forts et plus forts quand nos liens se soudent
Qu’une mauvaise passe devient alors moins profonde que le creux du coude
Parce que tous les nuages du monde n’empêchent pas les pleines lunes
Et que chaque fois qu’elles brillent, c’est nos débuts qui se rallument.

Parce que tu sais ce que j’aime, parce que je sais ce que tu veux
Et que c’est quand même une première fois dès qu’on est seuls tous les deux
Parce que 120 mois plus tard, je viens encore juste de te rencontrer
Parce que tu es mon plan A et que tu seras aussi mon plan B.

Après dix ans d’un beau voyage où je me rappelle de chaque seconde
Après dix ans qui ont vu naître les quatre plus beaux yeux du monde
C’est toi qui as trouvé le plus beau thème de notre histoire
Parce que c’est toi, parce que t’es là, je n’ai plus peur du dimanche soir.

Je l’ai dans la tête comme une mélodie alors mes envies dansent
Dans notre histoire rien n’est écrit mais tout sonne comme une évidence
Parfois elle aime mes mots mais cette fois c’est elle que mes mots aiment
Et sur ce coup là c’est elle qui a trouvé le plus beau thème.

Je n’ai plus peur du dimanche soir.

Dimanche soir, Grand Corps Malade, Paroliers : Fabien Marsaud / Bruno Dias