Quelle musique pour la sortie de cérémonie ?

Donner du rythme à la sortie des mariés !

Cérémonie laïque par Emilie Goulier Manoir de Tigeaux
© Tristan Perrier

Le sujet musique vous intéresse beaucoup et il fait souvent partie de vos questions lors de nos consultations de cérémonie. C’est vrai que la musique est un élément central, elle permet de donner de l’intensité à certains moments comme elle peut créer des respirations plus légères dans la célébration. On joue avec les passages musicaux comme on joue avec les mots pour mettre en lumière votre amour et donner du rythme à la cérémonie. Et pour terminer en beauté, il convient de bien choisir sa chanson de sortie des mariés ! C’est pour cela que je vous propose un petit florilège des musiques prisées cette année par les couples que j’accompagne !

Un classique qui marche à tous les coups

Oh Happy Day, c’est un grand classique et on comprend pourquoi ! Le rythme est génial, tout le monde la connait et peut la fredonner. On a envie de chalouper en l’écoutant et la joie irradie dans ce chant :

Donner envie de danser avec la musique de sortie des mariés

Cette année, lorsque deux de mes couples de juin m’ont annoncé leurs chansons de sortie, je les ai tout de suite imaginés en train de remonter l’allée en dansant et en invitant leurs proches à les rejoindre !

  • Côté soul, on a l’indétrônable Stevie Wonder et son Signed, Sealed, Delivered. Les paroles ont amusé D&J qui voient la chanson comme le mot de la fin : c’est bon, ils sont mariés, maintenant on va danser et faire la fête !

  • S&J, eux, ont choisi Ray Charles et I Got A Woman ! C’est rockabilly à souhait et j’adore le ton que cela donne à la fin de leur cérémonie. Un ton sautillant et joyeux après des moments très forts en émotion. Ils aimaient aussi le clin d’œil parfaitement second degré aux paroles de la chanson 🙂

  • Et en version française comment ne pas citer la grande Véronique Sanson et sa Drôle de vie peuvent faire danser et chanter vos invités avec vous ! En plus, les paroles sont merveilleuses au niveau du message : « On est toujours amoureux et on fait ce qu’on a envie » !

La chanson de sortie des mariés comme un message

  • Dans une cérémonie de mariage, on célèbre l’amour du couple évidemment mais c’est souvent, aussi, l’occasion de rendre hommage à tous les proches des mariés, de les remercier et de leur faire sentir la place qu’ils occupent dans vos cœurs. We are Family des Sister Sledge peut être la chanson parfaite pour transmettre ce message !

  • Et en parlant de message, votre sortie des mariés peut être l’occasion de réaffirmer votre amour fou ! Dans ce cas, faites comme A&O et craquez pour Beyonce !

Et en bonus, la chanson que j’adore !

Celle-là, on l’a écoutée pour la sortie de cérémonie de mon frère et d’Anne-Sophie. Bon, à regarder les paroles de près, le message est à double tranchant mais l’espoir prime ! Et le rythme donné par Faada Freddy dans cette reprise donne clairement envie de chanter à pleins poumons. D’ailleurs, si vous ne connaissez pas l’album Gospel Journey de Faada Freddy, je vous invite à le découvrir de suite. Il est sorti en 2015 et je l’écoute encore quasi toutes les semaines 🙂

Et vous ? Est-ce que vous avez déjà choisi votre musique pour la sortie des mariés ? Partagez-moi vos inspirations en commentaire, je serai ravie de vous lire !

Ode à une femme aimée – Sapho

Lecture d’amour du 13 mai 2022

« Il me paraît l’égal des dieux, l’homme qui est assis dans ta présence et qui entend de près ton doux langage et ton rire désirable ». Par ces mots, Sapho ouvre son ode à une femme aimée.

Cette femme elle l’aime mais elle n’ose l’aimer, elle n’ose pas le dire, elle n’ose pas lui dire. Pourtant, tout son corps hurle l’amour et le désir. C’est juste de l’amour et c’est simplement beau, si beau.

Je vous embrasse !

PS : Tous les 15 jours, je vous présente une lecture d’amour. Qu’elle soit issue de la littérature, de la chanson, de la poésie, il y a toujours de beaux mots à partager !

« Ses yeux aussi, elle les aimait, pourtant… » – Vincenot, Le pape des escargots

Lecture d’amour du 22 avril 2022

Sylvie est amoureuse de Gilbert, elle est aussi et surtout ivre de désir pour lui et pour sa beauté imparfaite. Elle aime tout en lui, son visage, ses yeux, jusqu’à ses os !

Je vous livre ici sa description amoureuse et désirante d’un homme « beau à sa façon ». On y entend tout ce que l’amour cristallise et cette beauté superbe des aspérités que l’on se découvre aimer en l’autre. Et vous, quel portrait amoureux pourriez-vous faire du corps de celui ou celle que vous aimez ?

Je vous embrasse !

PS : Tous les 15 jours, je vous présente une lecture d’amour. Qu’elle soit issue de la littérature, de la chanson, de la poésie, il y a toujours de beaux mots à partager !

Fleuve Amour – Luciole

Lecture d’amour du 1er avril 2022

« Sur les rives du fleuve, les histoires tombent, les histoires pleuvent. Certains se quittent, d’autres se trouvent, sur les rives du fleuve amour » C’est beau, n’est-ce pas ? C’est de Luciole !

Cette artiste a un talent fou avec les mots, elle les malaxe, les façonne, crée de la résonance entre eux avec une dextérité folle. Je l’ai découverte il y a plus de 15 ans je pense, à un festival près de chez moi, et depuis j’ai appris que nous sommes amies d’amie d’amie 🙂 Ça c’est pour la petite histoire, mais ce qui compte surtout c’est qu’hier pendant son concert au Café de la danse, cette chanson m’est apparue comme une évidence : elle devait devenir lecture d’amour.

Ce sera celle du jour. Alors venez avec moi, avec nous ! Allons découvrir les rives du fleuve et les amours qu’ils nous offre. Vous l’imaginez comment, vous, ce fleuve Amour ? Je vous embrasse !

PS : Tous les 15 jours, je vous présente une lecture d’amour. Qu’elle soit issue de la littérature, de la chanson, de la poésie, il y a toujours de beaux mots à partager !

Aimons-nous toujours davantage – Victor Hugo

Lecture d’amour du 25 février 2022

On a toujours besoin de Victor Hugo. On a toujours besoin de poésie. On a toujours besoin d’amour.

Merci Victor Hugo ! Ce dernier nous appelle, nous exhorte même, à l’amour, ce « cri de l’aurore », cet « hymne de la nuit », dans ce poème tiré des Contemplations. Et, vous savez quoi ? Je crois qu’aujourd’hui, c’est exactement ce dont nous avons besoin. Alors aimons-nous, aimez-vous toujours et encore !

Je vous embrasse !

PS : Tous les 15 jours, je vous présente une lecture d’amour. Qu’elle soit issue de la littérature, de la chanson, de la poésie, il y a toujours de beaux mots à partager !

Pas les mots – Yves Jamait

Lecture d’amour du 11 février 2022

« On se dit pas les mots, on se comprend quand même. On se dit pas je t’aime, on se dit bien plus bon. »

Et si dans une déclaration d’amour, ou d’amitié comme ici dans ce texte d’Yves Jamait, vous preniez le temps de verbaliser les évidences, de mettre des mots sur ces silences qui signifient tellement pour vous ?

Vous n’imaginez pas la force de cette seule évocation. Un discours prononcé lors d’une cérémonie laïque, une lettre offerte à un.e ami.e, c’est l’occasion de se dire tout ce qu’on sait mais qu’on ne se dit jamais. Et je vous assure que ça vaut le coup de le dire !

Franchement, après avoir entendu ce texte, vous n’avez pas envie d’aller dire à vos ami.e.s à quel point vous les aimez ? Alors, allez-y, il est toujours l’heure de le faire !

Je vous embrasse !

PS : Tous les 15 jours, je vous présente une lecture d’amour. Qu’elle soit issue de la littérature, de la chanson, de la poésie, il y a toujours de beaux mots à partager !

Lectures d’amour

J’ai commencé pendant le confinement à partager mes lectures d’amour sur Instagram. D’abord une par jour pour apporter une dose de douceur, de poésie, parfois de philosophie.

La vie ayant repris son cours, j’ai eu envie de conserver le rendez-vous, c’est toutes les semaines, le vendredi pour terminer la semaine en amour !

Retrouvez-les toutes sur mon IGTV et sur ma chaîne YouTube.

La déclaration d’amour

Idée lecture pour une cérémonie d’engagement : Alain Badiou

déclaration d'amour
© Candice Picard

J’ai déjà évoqué ce passage de L’éloge de l’amour de Badiou. Et en le relisant ce matin, je me suis dit qu’au-delà de l’explication de texte, je devais le partager dans sa longueur avec vous. Parce que c’est beau, que c’est extrêmement bien écrit et que c’est une définition de la déclaration d’amour aussi poétique que furieusement réelle. Je vous l’offre, délectez-vous. Et inspirez-vous !

Lors d’une déclaration d’amour nous dit Badiou :

« il s’agit de prononcer une parole dont les effets, dans l’existence, peuvent être pratiquement infinis. C’est bien aussi le désir du poème. Les mots les plus simples se chargent alors d’une intensité presque insoutenable. Déclarer l’amour c’est passer de l’événement-rencontre au commencement d’une construction de vérité. C’est fixer le hasard de la rencontre sous la forme d’un commencement.

déclaration-amour
© Jon Asato

Et souvent ce qui commence là dure si longtemps, est si chargé de nouveauté et d’expérience du monde que, rétrospectivement, cela apparaît non plus comme du tout comme contingent et hasardeux, comme au tout début mais pratiquement comme une nécessité. C’est ainsi que le hasard est fixé : l’absolue contingence de la rencontre de quelqu’un que je ne connaissais pas finit par prendre l’allure d’un destin. La déclaration d’amour est le passage du hasard au destin, et c’est pourquoi elle est si périlleuse, si chargée d’une sorte de trac effrayant. La déclaration d’amour, d’ailleurs n’a pas lieu forcément une seule fois, elle peut être longue, diffuse, confuse, compliquée, déclarée et re-déclarée, et vouée à être re-déclarée encore. C’est le moment où le hasard est fixé. Où vous vous dites : ce qui s’est passé là, cette rencontre, les épisodes de cette rencontre, je vais les déclarer à l’autre. Je vais lui déclarer qu’il s’est passé là, en tout cas pour moi, quelque chose qui m’engage.

Voilà : je t’aime. Si « je t’aime » n’est pas une ruse pour coucher avec quelqu’un, ce qui peut arriver, si ce n’est pas une ruse, qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce qui est dit là ? Ce n’est pas simple du tout de dire « je t’aime ». On a l’habitude de considérer ce petit bout de phrase comme absolument usé et insignifiant. D’ailleurs quelquefois, pour dire « je t’aime » on préfère employer d’autres mots plus poétiques ou moins usés. Mais c’est toujours pour dire : ce qui était un hasard, je vais en tirer autre chose. Je vais en tirer une durée, une obstination, un engagement, une fidélité. (… ) »

Alain Badiou, Nicolas Truong, Eloge de l’amour, Flammarion, 2009

Ce qu’il faut pour être heureux

Quand Voltaire nous guide vers le bonheur

Ce qu'il faut pour être heureux pour une cérémonie
© Kinga Cichewicz

Ce qu’il faut pour être heureux ? Vaste question. Existe-t-il réellement une recette du bonheur ? Personnellement, je pense qu’il y en a plein de recettes, pour moi elles varient entre chaque personne et même au cours d’une vie.

Pourtant, il est toujours bon d’aller piocher quelques directions, quelques idées parmi les jolis textes que la littérature nous propose. Ici, c’est une proposition de l’illustre Voltaire, et ça me semble une définition assez sympathique de ce qu’il faut pour être heureux. On pourrait l’enrichir, on pourrait retirer certains sujets, libre à vous évidemment. Mais j’ai l’impression que ces idées constituent une bonne base. Une base dont s’inspirer dans la vie comme pour une cérémonie laïque ! Et vous qu’en pensez-vous ?

 

Il faut penser ; sans quoi l’homme devient,
Malgré son âme, un vrai cheval de somme.
Il faut aimer ; c’est ce qui nous soutient ;
Sans rien aimer il est triste d’être homme.

Il faut avoir douce société,
Des gens savants, instruits, sans suffisance,
Et de plaisirs grande variété,
Sans quoi les jours sont plus longs qu’on ne pense.

Il faut avoir un ami, qu’en tout temps,
Pour son bonheur, on écoute, on consulte,
Qui puisse rendre à notre âme en tumulte,
Les maux moins vifs et les plaisirs plus grands.

Il faut, le soir, un souper délectable
Où l’on soit libre, où l’on goûte à propos,
Les mets exquis, les bons vins, les bons mots
Et sans être ivre, il faut sortir de table.

Il faut, la nuit, tenir entre deux draps
Le tendre objet que notre cœur adore,
Le caresser, s’endormir dans ses bras,
Et le matin, recommencer encore.

 

Voltaire, Ce qu’il faut pour être heureux

D’autres idées de lecture pour une cérémonie

L’amour vrai, c’est ce qui reste quand on a cessé d’être amoureux

L’amour est-ce être amoureux?

L'amour vrai, c'est ce qui reste quand on a cessé d'être amoureux - lecture pour une cérémonie

Quand les proches de mes mariés dénichent des pépites, je ne peux que leur dire merci ! Et cette fois, c’est la cousine du marié qui m’a envoyé cette proposition de définition de l’amour. Je ne connaissais pas ce texte de Louis de Bernières et j’aime sa poésie aussi délicate qu’abrupte ! « L’amour vrai, c’est ce qui reste quand on a cessé d’être amoureux » dit-il. Alors au-début on peut être choqué, puis on comprend et on applaudit !

Cette lecture très courte s’intégrera parfaitement dans une cérémonie laïque. On pourrait, pourquoi pas, la proposer en tout début de cérémonie, comme une introduction à propos de l’amour. Ou alors, pensez à l’intégrer juste avant les engagements des mariés pour renforcer le solennel du moment à venir.

En tout cas, si vous avez envie de bousculer un peu vos invités, intriguez-les avec cet extrait de La mandoline du Capitaine Corelli !

« L’amour est une folie passagère, il entre en éruption comme un volcan et se calme ensuite. Et quand il se calme, il faut prendre une décision. Il faut voir si vos racines se sont emmêlées à un tel point qu’il est inconcevable de vous séparer. Parce que c’est ça l’amour. L’amour, ce n’est pas la respiration coupée, ce n’est pas l’excitation, ce n’est pas l’échange de promesses d’une passion éternelle. Ça, c’est simplement être « amoureux », ce qui est à la portée du premier imbécile venu.
L’amour vrai, c’est ce qui reste quand on a cessé d’être amoureux, et c’est à la fois un art et un heureux accident. Ceux qui aiment vraiment, ont des racines qui poussent les unes vers les autres, et quand toutes les jolies fleurs sont tombées de leurs branches, ils constatent qu’ils sont un arbre et non deux. »
La mandoline du Capitaine Corelli, Louis de Bernières, 1994