La cérémonie en cinq actes de Justine et Audric

Mariage au château de Carsix en Normandie

Notre premier rendez-vous avec Justine et Audric a duré trois heures : le ton était posé ! On avait plein de choses à se raconter et la conversation était d’un naturel sans égal. Ils avaient déjà bien réfléchi et m’ont tout suite exposé ce qui leur importait pour la cérémonie. Ils n’ont eu aucun tabou sur leurs parcours, leurs familles ni sur leurs envies. Justine rêvait par exemple d’un discours de sa maman, très timide.

Et vous le savez, j’aime quand mes mariés laissent leurs envies s’exprimer, sans autocensure. D’abord on exprime ses rêves, parfois même on s’en découvre au fil de la conversation et ensuite, seulement ensuite, on fait des choix.

Célébrer la force du mariage

Qu’on ne me dise pas que le mariage est une affaire de filles. Ou que les hommes ne font que céder à leur douce. Soit je travaille avec des garçons exceptionnels (bon c’est un peu vrai !), soit ce cliché est éculé depuis longtemps. Et pour ce mariage c’était encore le cas ! Audric envisageait le mariage comme une étape fondamentale de sa vie avec Justine. Dès le premier rendez-vous j’ai compris que pour lui ce passage et sa célébration, c’était vraiment du sérieux.

Le mariage est une fête, oui, mais c’est aussi la symbolisation d’un lien, l’engagement à devenir une famille, celle de l’autre d’abord et celle qu’on crée ensuite. Si la cérémonie pouvait être légère à certains moments, nous avons créé de vrais espaces de sacré pour rendre hommage à l’engagement pris par ces deux amoureux devenant mari et femme.

Une cérémonie en cinq actes

Quand on a commencé à discuter de la cérémonie, on est assez vite tombés d’accord pour organiser la cérémonie en cinq actes, comme une pièce de théâtre. Nous étions tous les trois dans une veine littéraire, sur les traces d’Edmond, la pièce de Michalik. Il y retrace le parcours d’Edmond Rostand quand il a écrit Cyrano de Bergerac, et la morale de l’histoire c’est qu’il faut toujours un cinquième acte ! Sans lui, la pièce a comme un goût d’inachevé.

Le jour du mariage de Justine et Audric, le cinquième acte c’était leurs engagements. En échangeant leurs vœux et leurs alliances, ils donnaient toute sa saveur à une cérémonie qui avait peu à peu retracé leur histoire. Et finalement ce cinquième acte est aussi le premier, celui de leur vie de couple marié. On n’arrête jamais de créer des actes, en fait !

Des surprises de famille

La maman de Justine, m’a appelée un jour pour m’annoncer qu’elle allait faire une surprise à sa fille. Elle voulait dépasser sa timidité et prononcer un discours. On a tenu le secret pendant plusieurs mois et je lui ai donné quelques conseils pour bien se préparer à l’exercice. Si elle était très stressée avant de commencer, elle a offert à sa fille un des moments les plus émouvants de la cérémonie. Vous voyez, il faut toujours exprimer ses envies car elles peuvent se réaliser !

Et comme il y a des envies qu’on n’imagine pas encore, on peut se faire devancer par les amis. C’est ainsi qu’un des témoins d’Audric a profité de son discours pour demander aux mariés de devenir les parrain et marraine de leur enfant. Et la famille de cœur devient ainsi famille tout court !

Trois idées dont s’inspirer

Oser les cinq actes

Je vous rassure je n’ai pas déclamé la cérémonie en vers ! Mais cette idée de structures en cinq actes nous a permis de faire monter l’attention et l’émotion pour arriver à l’acmé des engagements. Comme au théâtre, on a structuré notre intrigue. La seule nuance c’est que tout le monde connaissait la fin de l’histoire 😉

Confier le récit de la rencontre à un.e de ses proches

L’histoire d’amour d’un couple, on en parle toujours à travers la cérémonie. Cette fois, les mariés ont même décidé de consacrer un des actes au récit de leur rencontre. C’était une manière de retracer leur parcours et de faire honneur à la force de leur amour et du lien qui les unit. C’est une des témoins de Justine qui a assuré cet acte IV avec brio donnant à son récit des airs de poésie.

La sortie des mariés sous la lavande

Parce qu’il n’y a pas que les pétales de rose ! Justine avait pensé à la lavande et les mariés ont même fabriqué les cornets eux-mêmes.

Lieu : Château de Carsix
Photographe : Comme un petit air
Vidéo : Be Happix
DJ : Loïc, de MK Prod Events

C’est peut-être pas très original pour un mariage ?

Du culte du mariage original : la (semi)dictature de la différence

mariage original ou pas
© Daiga Ellaby

Je vous en ai parlé sur Instagram dernièrement et je voudrais prendre le temps d’un article pour creuser un peu cette question de mariage original, ou plutôt de la crainte qu’il ne le soit pas assez !

On en parle souvent en rendez-vous cérémonie. Normal me direz-vous étant donné que mes marié.e.s sont très créatif.ve.s et que je les pousse à libérer leur imagination. Mais la créativité n’est pas incompatible avec le fait d’être contemporain.e de son époque et donc sensible aux tendances de celle-ci.

comment créer un mariage original
© Autumn Goodman

La minute philo

Nous sommes des animaux parlants, c’est Aristote qui le dit. Nous sommes également des êtres sociaux, donc on interagit avec nos pairs dans un groupe social qu’on crée. Et on ne fait pas que le créer, on s’y inscrit également.

Chaque époque est une question de contexte : de lieu, de temps mais aussi d’habitudes, de tendances générales, et chacun se les approprie plus ou moins. Dans notre société française des années 2010/2020, il y a des tendances qui se marquent. Des tendances qu’on retrouve dans la mode, dans la déco, dans les parcours de vie, etc.

mariage original ou pas
Par exemple se marier en baskets !
© Sweet Ice Cream Photography

Les tendances dans le mariage

Ces tendances, ces marques de contemporanéité, on les trouve aussi dans le mariage, bien sûr. Si je vous montre une photo de mariage des années 80, vous saurez immédiatement repérer l’époque : ces brushings de Feux de l’amour, ces robes volumineuses, ces costumes très larges ! Et dans 30 ans, quand on verra un mariage de notre époque, on se dira : « Wahou c’est tellement 2020 ! ». Tant mieux ou tant pis et peu importe en fait !

Nous sommes contemporain.e.s de notre époque. Même si on développe sa créativité, même si on est tous différents, il y a des choses dans lesquelles une majorité de personnes se retrouvent. En ce moment ce sont des robes plutôt fluides, des décorations foisonnantes : champêtres, florales ou tropicales par exemple, ou alors carrément des esprits industriels et très épurés. Il y a aussi cette passion pour le vintage, que j’avoue adorer.

Quelque chose d’assez contemporain c’est aussi tout simplement le fait de choisir une cérémonie laïque pour célébrer un mariage original, différent. On vit dans une époque où l’on a envie de personnalisation. On veut créer des choses qui nous ressemblent et ne ressemblent qu’à nous. En ça on marque sa différence. Oui, comme beaucoup de personnes ! Mais c’est très bien.

Tous uniques, tous différents

Ce que je veux vous dire c’est qu’on porte en nous ce qui fait notre différence. Notre originalité, c’est notre personnalité, ce qui nous anime, ceux qui nous entourent. Cela n’empêche pas ces différences de s’illustrer dans des éléments qui, parfois, se ressemblent.

mariage-original
© Elizeu Dias

Revenons donc à cette phrase que j’entends si souvent : « j’ai vu ce texte, ce rituel, cette déco, ce cadeau invité (rayez la mention inutile), j’adore ! Mais j’hésite car ce n’est peut-être pas très original ; non ? » Alors, déjà, souvent, si ! Parce que vous avez plein d’idées, que vous cherchez l’inspiration partout.

Des bouquets de fleurs séchées, par exemple, c’est une tendance qui pointe le bout de son nez, mais ce n’est pas encore très commun. On peut donc considérer que c’est original. Faire chanter l’assemblée pendant la cérémonie pour créer une énergie collective, je l’ai déjà vu quelques fois, mais oui c’est original, et c’est génial en plus !

La force de l’universel

S’il y a des choses que l’on croise plus fréquemment, leur originalité, ou du moins leur caractère unique demeure. Je pense, par exemple, au rituel des rubans ou au Je vous souhaite de Jacques Brel. L’un comme l’autre ont déjà fait partie de quelques-unes de mes cérémonies. Est-ce à dire qu’à chaque fois, j’ai célébré la même cérémonie ? Bien sûr que non ! Est-ce à dire qu’à chaque fois, il y avait une résonance unique ? Bien sûr que oui ! C’est la force de Brel et de quelques autres : ils arrivent à transmettre des idées universelles que chacun.e s’approprie dans son individualité. Pourquoi se priver de ce plaisir ?

MARIAGE original
© Luan Cabral

Le rituel des rubans permet d’associer des valeurs (et souvent des personnes) qui comptent à l’union que l’on célèbre, et c’est très beau. En plus, on ne met pas toujours en lumière les mêmes valeurs, on n’orchestre pas le rituel de la même manière, on ne l’intègre pas forcément au même endroit dans la cérémonie. Donc ce n’est jamais la même chose.

Alors avant de vous demander si vos choix vont faire de votre grand jour un mariage original ou pas, demandez-vous d’abord si ça vous parle, pourquoi ça résonne en vous, à quelle partie de votre histoire cela vous fait penser. Ce sont ces questions-là qui sont les bonnes. Si ça vous fait envie, c’est que vous êtes dans la bonne direction !

Le mariage sur la plage de Natacha et Gaël

D’amour et de sable breton

Mariage sur la plage
© Ronan Le Pennec

Natacha et Gaël font partie de ces couples « Et pourtant ». Mais si vous voyez ce que je veux dire ! L’un est romantique, l’autre pas. L’une est littéraire, l’autre un joyeux geek. L’un est plutôt cash, l’autre est plus dans la nuance et la réflexion. Et pourtant.

Et pourtant ils sont tombés amoureux. Et pourtant c’est un couple solide. Et pourtant ils ont décidé d’organiser un mariage sur la plage pendant l’été 2018. La seule condition était de créer un « mariage qui ne fasse pas trop mariage » ! Et vous allez voir, il fait bon jouer sur cette nuance.

Un mariage sur la plage

Natacha et Gaël se mariaient en Bretagne, sur la plage d’un petit village. Et pas n’importe quelle plage ! C’est celle que Gaël pouvait voir depuis sa classe lorsqu’il était à l’école primaire voisine. Je ne suis pas sûre qu’à l’époque il pensait s’y marier mais cela ne nous a pas empêchés de repartir dans son souvenir d’enfance !

Ce fut ma première cérémonie où la mariée était pieds nus. Et l’officiante aussi d’ailleurs !

Mariage-sur-la-plage
© Ronan Le Pennec

Un mariage pas trop mariage

Pour célébrer leur mariage, Natacha et Gaël voulaient jouer avec les codes et créer de l’inattendu. Nombre de leurs invités n’avaient jamais vu de cérémonie laïque, il fallait donc arriver à les emporter avec nous tout en les surprenant. On s’est donc inspirés de certaines traditions du mariage tout en s’amusant avec elles.

mariage-sur-la-plage
© Ronan Le Pennec

Les mariés sont par exemple arrivés en cortège, certes, mais sur un canapé à porteurs ! Ainsi, il y a eu une lecture prononcée de manière très pompeuse mais c’était un sonnet extrêmement drôle écrit par un de leurs amis. Il y a même eu serment mais les mariés se sont engagés sur Le transfert, un séminaire de Lacan et pas sur la Bible ou un autre texte sacré. On a donc beaucoup ri pendant cette cérémonie, mais pas que.

Pas trop mariage mais plein de déclarations d’amour

un mariage sur la plage
© Ronan Le Pennec

Je le dis et je le redis, les cérémonies de mariage sont l’occasion de se dire des choses que l’on sait mais qu’on ne se dit jamais. Celle-ci n’a pas échappé au principe. Si certains proches des mariés ne se sont pas gênés pour se moquer de leurs amis et faire rire l’assemblée ont mis des mots sur des sentiments profonds qui nous ont tiré quelques larmes. Ce sont des souvenirs vraiment précieux. Et parfois l’occasion de continuer la conversation après le mariage.

Trois idées dont s’inspirer

Le canapé à porteurs

Le mariage à la mairie avait lieu juste avant la cérémonie. Comme nous étions dans un petit village, nous avons organisé un cortège de la mairie à la plage où avait lieu la cérémonie.

un-mariage sur la plage
© Ronan Le Pennec

Des sonneurs bretons nous ont accompagnés ainsi tout au long du chemin et les mariés étaient installés sur un vieux canapé en cuir porté par 11 de leurs amis. Épique ! Et je vous assure qu’après un peu plus de 600 mètres, les porteurs étaient ravis de déposer les mariés 🙂

Le sonnet d’introduction

mariage-sur-plage
© Ronan Le Pennec

Lorsque j’ai reçu le discours de ce témoin, j’ai cherché où l’inscrire dans la cérémonie. Ce format de sonnet si cérémonieux et ce ton si drôle m’ont donné l’idée de créer une introduction avant même que je prenne la parole en tant qu’officiante.

Les mariés se sont installés en même temps que leurs invités ; on a sauté l’étape « entrée des mariés ». Pierre a donc profité du brouhaha pour se glisser devant l’arche, tel un ménestrel et ouvrir la cérémonie en récitant son sonnet décalé. Rien de tel pour installer l’ambiance et poser le ton !

La capsule temporelle ensablée

Natacha tenait à créer un rituel avec du sable pour garder un souvenir matériel de ce mariage sur la plage. Il était également important pour les mariés de faire participer tous les invités tout en donnant un rôle particulier à certains de leurs plus proches.

mariage-plage
© Ronan Le Pennec

Nous avons donc créé leur rituel : une capsule temporelle ensablée. Chaque invité a déposé une poignée de sable dans le bocal tandis qu’une dizaine de personnes, prévenues en amont, déposaient, elles, un souvenir ou un clin d’œil dans le bocal. Pour les retrouver, les mariés devront creuser dans le sable, un peu comme pour une mini chasse au trésor.

Adélie Métayer : Haute Couture et robes de mariées

J’ai enfin rencontré Adélie !

Adélie Métayer
Broderies de fleurs en soie faites main – ©Adélie Métayer

C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup ! Ça fait un peu plus de 2 ans que ma copine Claire me répète à l’envie : « Il faut que tu rencontres Adélie. Tu vas voir, elle est super et je suis sûre que vous allez bien vous entendre. » Bon j’ai mis le temps, mais j’ai enfin sauté le pas. Et effectivement Claire ne m’avait pas menti : Adélie est formidable !

J’étais assez impressionnée par cette rencontre car Adélie Métayer a un talent fou. Je la suivais et l’admirais déjà à travers son site internet et son bel Instagram, et je suis vraiment ravie de l’avoir rencontrée. Car en plus d’être très douée dans son métier, c’est une jolie personne. De celles que j’aime rencontrer et que j’ai déjà hâte de revoir.

Adélie Métayer
Mariés dans les rues de rome © Stefano Santucci

Qui est Adélie Métayer ?

La brune Adélie est intelligente, douce, élégante, curieuse, talentueuse et déterminée. Elle vient de Bretagne et elle y puise ses racines et ses valeurs. Fille de la campagne, elle est aussi une fille de la Couture, celle à laquelle on attribue un grand C. Ces mondes peuvent sembler presque étrangers mais, chez elle, ce n’est pas le cas. Au contraire, ils se nourrissent.

Adélie Métayer
Finitions à la main © Adélie Métayer

Elle a 20 ans quand elle remporte le concours ELLE Solidarité Mode, ce qui lui permet d’intégrer le studio Berçot. Elle a 20 ans aussi quand, au détour d’une visite au musée d’Orsay, elle découvre le Symbolisme. Et en fait une de ses sources d’inspiration.

Adélie est douée en tout. Elle a formé et affirmé son talent dans de grandes maisons parisiennes. Elle y a créé de la lingerie, dessiné des chaussures et de la maroquinerie. Et comme la vie est bien faite, elle a eu l’opportunité de lancer sa marque. C’est à ce moment qu’elle a décidé de réunir ses talents et son amour du fait-main autour d’un produit unique : la robe de mariée.

Adélie Métayer
Robe en laine de soie dorée © Adélie Métayer

Créatrice de pièces uniques

Ainsi depuis 2015, Adélie Métayer fait des robes de mariées. Des robes sur mesure, des robes couture, des robes dans lesquelles les femmes se sentent belles, sublimées, magnifiées.

Adélie Métayer
Robe en mousseline de soie rebrodée © Clément Louis & Camille Mompach

Elle fabrique toutes ses robes elle-même. Chacune de ses créations est un modèle unique et sur mesure. C’est pourquoi chaque robe est numérotée, comme une trace dans la lignée de ses créations. Les futures mariées viennent la voir avec leurs envies et leurs complexes, petits ou grands. Elle écoute, elle questionne et elle saisit les désirs cachés aussi. Ensuite, elle propose un dessin, une ligne, des matières et la magie opère.

Pourquoi j’aime bien Adélie

Adélie crée des robes et moi des cérémonies. Pourtant, lorsqu’on discutait, j’ai eu la sensation qu’elle et moi travaillions de la même manière. Ce qui nous plaît dans nos métiers, c’est la création sur-mesure. On s’adapte, on façonne, on crée à partir d’un matériau unique à chaque fois : les personnes que l’on rencontre et qui nous confient un de leurs jours les plus précieux.

Adélie Métayer
Robe drapée en dentelle ultra fine © M. Dhillit & J. Couret

Adélie Métayer ne crée pas des robes sur lesquelles on se contente de fantasmer. Elle crée des robes dans lesquelles on rêve de se glisser parce qu’on est sûre d’y être sublime. Que l’on soit une crevette, une girl next door, un mannequin suédois ou qu’on ait dépassé le 44. Tout ce qu’on aime en soi elle le met en valeur, tout ce qu’on aime moins elle l’efface par la grâce d’une étoffe, d’un plissé ou d’une coupe.

Adélie Métayer
Dans les rues de Rome © Stefano Santucci

Cette fille a de l’or dans les doigts, elle sait créer le beau, ça ne fait aucun doute, et elle sublime cet immense talent par l’attention précieuse qu’elle porte à ses mariées. Et c’est, selon moi, ce tout combiné qui la rend si exceptionnelle !

Adélie Métayer
Top brodé de pétales en soie et plastique translucide © Alexandra Maldeme

Mariage surprise !

Alliances.ClaireetAntoine
Crédits photo : Charles Françoise

Il y a quelques semaines, j’ai été invitée à une cérémonie de remise de médaille pour une de mes amies. C’était un samedi à 14 heures, à la mairie, en petite couronne parisienne. La sachant très investie dans la vie de sa ville, je tenais à être là. Comme je suis une bonne amie, j’ai dépassé mes appréhensions de parisienne et le périphérique ! Je me suis présentée à la mairie presque à l’heure pour découvrir qu’elle portait une bien belle robe et un joli bouquet pour une simple remise de médaille. Et de fait !

A 14 heures, mon couple d’ami annonçait qu’il n’y avait pas de médaille, mais que nous allions entrer de ce pas dans la mairie pour assister à leur mariage ! Surprise totale ! Pour moi, et je n’étais pas la seule dans l’assemblée, ces deux-là n’étaient pas du genre à se marier. En plus, pacsés depuis deux ans, avec une jolie cérémonie à la mairie et une grande fête ensuite, ils avaient déjà officialisé et célébré leur union.

Ces deux-là me passionnent et chaque moment passé avec eux ou l’un d’entre eux élargit toujours un peu plus mon horizon de pensée. Et ce jour-là, au-delà de l’émotion que j’ai ressentie, du bonheur que j’éprouvais pour eux et de la joie que j’avais à être là, avec eux, pour ce mariage, j’ai revu ma position sur les mariages-surprises.

Crédits photo : Mathieu Delmestre

En savoir plus