Les raisons de se marier

Quand Kierkegaard me fait douter !

raisons de se marier
© Edward Cisneros

C’est une des premières questions que je pose aux couples que je rencontre pour préparer leur cérémonie laïque : pourquoi est-ce que vous vous mariez ? Question bête ? Pas sûr ! Enfin j’espère !

La question à 1 000€

Pour moi derrière cette question simple s’en cachent plein d’autres.  Mais je préfère poser seulement celle-là, sans donner plus de précisions. En effet, le côté vague de l’interrogation donne très souvent lieu à des réponses très variées qui m’éclairent sur leurs parce que profonds.

Il y a des réponses liées au temps qui passe, des réponses liées au caractère légal du mariage, au fait de porter le même nom ou de se protéger mutuellement, des réponses ultra-romantiques, des réponses qui méritent d’être approfondies, tellement de réponses !

raisons de se marier
© Michal Grosicki

C’est une des premières choses personnelles que les couples me confient et c’est à partir de ça que je commence à modeler la cérémonie laïque. J’aime beaucoup poser cette question car régulièrement elle déstabilise un peu mes interlocuteurs. C’est vrai, on a peu l’habitude d’interroger les évidences, pourtant je trouve ça toujours très intéressant !

Faut-il chercher les raisons de se marier ?

Mais dernièrement, j’ai eu un doute. Je lisais L’alternative de Kierkegaard où le narrateur Wilhelm écrit une longue lettre à un de ces amis. Il évoque à un moment un des jeux préférés de ce fameux ami. Il aime demander aux gens pourquoi ils se sont mariés. Et ainsi il les pousse à donner de ‘mauvaises’ raisons. Par exemple pour ne pas être seul, pour avoir une descendance, voire… pour se forger le caractère ! Si Wilhelm est d’accord avec son ami pour se moquer de ceux qui expliquent leur mariage avec de si mauvais arguments c’est pour lui, surtout parce «que le mariage (…) ne saurait avoir de ‘pourquoi’ d’ordre fini ».

raisons de se marier
© Pablo Heimplatz

Et là, je me suis dit mince…

Certes, je peux tout à fait agir sans avoir l’accord de Wilhelm/Kierkegaard, mais j’ai eu un doute sur ma démarche. Est-ce que j’étais dans le faux en posant cette question ? Est-ce qu’à demander les raisons du mariage, je laissais entendre qu’il y aurait de bonnes et de mauvaises raisons. Est-ce que demander pourquoi, c’est dénaturer un peu l’engagement que les couples prennent ?

Mais en vrai, je ne pense pas.

De quelles raisons de se marier on parle ?

Le reproche que fait Wilhelm/Kierkegaard aux ‘mauvaises’ raisons de se marier est lié au fait que les raisons invoquées se limitent à un moment de l’union. Par exemple la solitude est contrée par la naissance d’enfants, mais ceux-ci quitteront un jour le foyer. Pour Wilhelm, il faut dépasser l’immédiateté et l’extériorité pour se concentrer sur l’union en elle-même. Eh bien, c’est ça que je cherche avec ma question rituelle. Je veux connaître les raisons intérieures à l’union et à la manière dont chaque membre du couple s’y retrouve.

raisons de se marier
© Priscilla du Preez

Je veux comprendre pourquoi c’est maintenant, avec cette personne, dans cette ville, dans cette famille. Je veux simplement comprendre et faire comprendre en quoi ce choix est une évidence, mais n’en reste pas moins un choix.

Car «le mariage recèle une multitude de pourquoi que la vie révèle dans toute sa bénédiction» et cette multitude de pourquoi vient simplement confirmer l’union et le choix de se marier !

PS : pour en savoir plus sur L’alternative, allez donc voir ma revue de littérature sur le sujet.

La valeur du mariage, Kierkegaard

Le mariage défendu par la philosophie

Valeur du mariage KierkegaardQuand j’ai lu l’Eloge de l’amour d’Alain Badiou, je me suis dit qu’il fallait que j’aille creuser du côté de Kierkegaard et pas seulement parce qu’il a un nom rigolo (ou imprononçable au choix !)

Badiou reprenait les trois stades de l’existence (esthétique, éthique, religieux) qu i sont au fondement de la philosophie de Kierkegaard et les inscrivait dans l’expérience amoureuse. Au stade esthétique l’expérience de l’amour est celle de la séduction, de l’immédiat, de l’égoïsme de la jouissance. Au stade éthique, c’est l’amour véritable qui expérimente son sérieux et au stade religieux on atteint la valeur absolue de l’engagement qui est validée par le mariage. Religieux évidemment le mariage, mais c’est Kierkegaard et nous sommes au XIXème siècle !

Sur cette base, je suis allée lire la deuxième partie de L’alternative (Ou bien Ou bien) et plus particulièrement le début intitulé « La valeur du mariage ».

Qu’est-ce que le vrai amour ?

Le narrateur s’appelle Wilhelm, il est assesseur (fonctionnaire juridique pour faire très bref). Il est marié et très heureux de sa situation. Wilhelm décide d’écrire une longue lettre à un de ses amis qui, sans être contre le mariage, a une très forte tendance à s’en moquer et défendre les plaisirs des premiers amours, de ces moments du tout début où l’on est dans la phase de conquête. L’ami, qui ne sera jamais nommé sous un autre nom, est un don juan, qui une fois la conquête accomplie considère que l’amour disparaît. Alors le mariage, ne lui en parlez pas !

kierkegaard valeur du mariageLe mariage serait monotonie, ennui, dénué de volupté et au final dépourvu de toute beauté, de toute esthétique. Le seul mariage qu’il soutiendrait serait celui où le couple vivrait dans la même maison mais pas ensemble comme deux célibataires qui se séduisent toujours en conservant leur mystère, cela fait parfaitement écho à cet article croisé dernièrement (la force des coïncidences ! D’autant plus que l’article n’est pas si récent).

Bref, face à cet ami, Wilhelm l’assesseur heureux en ménage, décide de défendre la valeur du mariage et particulièrement sa valeur esthétique. Non le mariage n’est pas dénué de beauté, et l’amour conjugal n’est pas moins beau que l’amour romantique, bien au contraire. Il « est possible de garder l’esthétique même dans la vie quotidienne ».

Défendre le premier amour et la séduction permanente, penser que l’amour cesse une fois le cœur de l’autre conquis c’est prendre le début pour la fin. Et au-delà de son ami c’est un peu le reproche que fait Kierkegaard aux récits chevaleresques qui s’arrêtent une fois que le guerrier a dépassé les obstacles et retrouve sa belle : « il n’est pas vraiment besoin de beaucoup d’art pour en arriver là, pourvu que les premières flammes de l’amour soient données (…) en revanche, il faut de la réflexion, de la sagesse, de la patience pour surmonter l’ennui qui suit d’ordinaire l’exaucement du désir. » Qu’aurait-il dit des Disney ou des comédies romantiques ?!

Premier(s) amour(s) vs amour conjugal

Le vrai défaut du premier amour c’est son immédiateté nous dit Wilhelm, certes on éprouve une sensation d’éternité, « les amants sont profondément convaincus qu’ils forment entre eux un tout parfait, à jamais à l’abri du changement », mais si on ne passe pas à un stade supérieur c’est très instable car « la tâche consiste à conserver l’amour dans le temps ».
Et « conserver l’amour dans le temps » ne veut pas dire essayer de trouver des raisons, des « parce que » au mariage et à l’amour conjugal. L’amour est premier dans l’amour conjugal, on ne se marie parce qu’on veut des enfants, parce qu’on a peur de la solitude ou pour toute autre raison. En cela, Wilhelm rejoint son ami qui s’amuse à demander aux gens pourquoi ils se sont mariés et se moque de leurs raisons raisonnées. Pour Wilhelm, l’amour est la substance du mariage et il est premier. On ne s’aime pas parce qu’on est mariés, on s’est mariés parce qu’on s’aime.

Donc le mariage est bien au niveau du premier amour en termes de beauté, l’amour est premier. Mais la force du mariage est qu’il dépasse l’immédiateté, il obéit à la loi du mouvement. Le mariage « s’élabore dans le temps », ce que l’ami appelle la monotonie, l’ennui de l’habitude est au contraire pour Wilhelm ce qui lui donne sa temporalité à l’amour conjugal et pose son caractère historique. C’est aussi par là qu’on apprend à connaître l’autre et qu’on peut aimer vraiment. En effet « pour aimer vraiment il faut savoir ce que l’on aime », les secrets et mystères du début ne sont pas de l’amour pour notre assesseur, mais ses prémisses.

La force « historique » du mariage

Chercher sans cesse les joies des premiers amours vantées par l’ami, ce n’est finalement que du désespoir, la recherche effrénée de la répétition d’un même moment, un moment immédiat qui ne pourra jamais s’inscrire dans le temps. A contrario la force de l’amour conjugal (et du mariage) réside dans le fait qu’il trouve son ennemi dans le temps, sa victoire dans le temps, son éternité dans le temps » et il y a bien plus de courage et de force à conserver un amour qu’à le conquérir : c’est une « éternité d’où le temporel n’a pas disparu comme moment idéal, mais où il est constamment présent comme moment réel », et c’est en ça que c’est beau ! Donc mariez-vous et faites vivre votre amour !