Profitez de votre mariage

Mon conseil n°1 !

 le jour du mariage profitez - pour une ceremonie
© Lanty

Chers futur.e.s marié.e.s, je voudrais partager un secret avec vous : votre journée de mariage ne durera qu’une journée. Allez, peut-être deux parce que vous organiserez un brunch le lendemain. Peut-être trois parce que vous vous serez mariés un autre jour à la mairie. Mais c’est court le jour du mariage !

On met des mois à le préparer et tout arrive à son apogée au cours de quelques heures seulement. Loin de moi l’idée de vous angoissez avec ce mini délai où tout se passe, au contraire. Je veux simplement vous conseiller de profiter de chaque seconde.

Le diable est dans les détails

Pour cela, je vous en implore : oubliez les détails ! Vous aurez déjà tout sublimé depuis des mois, multipliant les DIY, finalisant les centres de tables, cherchant une jolie typo ou calligraphie pour les étiquettes. Vous invitez 50, 120, 200 personnes et vous voulez que chacun et chacune se sente pleinement accueilli.e. C’est tout à votre honneur.

 le jour du mariage profitez - pouruneceremonie
Conçu par Freepik

Mais n’oubliez pas que le meilleur accueil que vous pourrez leur faire le jour du mariage c’est votre sourire, votre joie et quelques mots échangés avec eux. Pas une fourchette redressée au millimètre près à leur table, une musique d’ambiance à 69 décibels précis ni un champagne servi à 7,2° exactement. Pour tous ces détails, laissez faire les professionnels. C’est aussi pour cela que vous les avez embauchés. Ils sont là pour gérer les éventuels accrocs du jour J. En plus ils y sont aguerris et sauront faire en sorte que personne ne les remarque.

De quoi avez-vous envie de vous rappeler ?

Il y a toujours des ratés, des couacs, des imprévus. Le jour du mariage comme dans la vie. Face à cela, c’est une question de choix. Personnellement, dans les situations de stress et de tergiversation j’essaie d’appliquer un principe directeur issu d’une conversation avec le grand sage Alain M. (le papa d’une de mes meilleures amies). Il me posait souvent cette question : « De quoi tu te rappelleras ? ». Et je vous assure, elle guide encore aujourd’hui nombre de mes choix ! Et nombre de mes attitudes au quotidien. Ça marche aussi pour votre mariage. Je préciserais même cette question en vous demandant : « De quoi voulez-vous vous rappeler ? ».

 le jour du mariage profitez - pour-une-ceremonie

Oui, posez-vous la question de ce que vous voulez conserver précieusement dans votre boite à souvenirs. Qu’est-ce qui sera le plus prégnant ? Le micro qui crachotait ou dont la pile a décidé de lâcher pendant le discours de votre maman ? Ou bien les mots d’amour qu’elle avait pris le temps d’écrire et qu’elle vous a confiés à haute voix, de l’émotion plein les yeux ? Le fait qu’elle ait dû s’y reprendre à deux fois importe peu finalement, non ?!

Adieu la perfection, place à l’émotion !

Cette journée vous ne la revivrez pas. Vous aurez des photos, peut-être des vidéos, vous aurez un carnet de cérémonie et un livre d’or, mais ce que vous avez ressenti, la force de cet amour, des ces amours qui vous entourent, vous ne les vivrez que le jour J. Pensez-y et essayez de lâcher prise ce jour-là. Je sais que c’est difficile car c’est un événement énorme et que beaucoup de personnes seront là. Souvent vous organisez tout de A à Z, comme des grand.e.s mais n’oubliez pas que c’est votre mariage. Le vôtre.

 le jour du mariage profitez - pour-une-cérémonie

Pas celui de tante Lucie ou de cette copine qui vous fera toujours une remarque sur la déco. Profitez-en, essayez de vous imprégner de chaque moment. Mettez votre âme d’event planner en mode pause, soufflez, écoutez, regardez tous ces sourires qui vous entourent. Profitez de cette belle journée. Fabriquez-vous des souvenirs, les beaux, ceux que vous chérirez pendant des années.

le jour du mariage profitez ! cérémonie laïque
© Genessa Panainte

Des amis aux mamies

Une cérémonie pour toutes les générations

plaire aux mamies et aux amis - pour une ceremonie

Ça ressemble à un mantra. D’ailleurs, c’en est un, en tout cas pour moi ! Aucune de mes cérémonies ne ressemble à une autre, je tiens à créer des cérémonies sur-mesure qui ressemblent seulement aux mariés. J’ai cependant toujours la même ligne directrice : la cérémonie doit à la fois plaire aux mamies et aux amis.

Du fun et du solennel

Créer une cérémonie laïque c’est l’occasion de célébrer symboliquement le mariage de deux personnes qui s’aiment. Certes. Cela permet également de sortir du cadre et d’intégrer à cette célébration des éléments qu’on n’a pas l’habitude de voir dans une cérémonie de mariage. Que ce soit à travers une chanson, un discours ou un détournement des classiques du mariage. En somme, on peut ajouter du fun et des rires à un moment très solennel dans son essence.

plaire aux mamies et aux amis pour une ceremonie
© Alvin Mahmudov

En créant une cérémonie sur-mesure, on donne également toute leur place aux passions et aux valeurs des mariés. J’ai ainsi eu une cérémonie avec des chants de marins mêlés à des psaumes et des cantiques. Je me souviens d’une autre où la philosophie répondait à Edmond Rostand et aux Beatles, ou encore celle où le frère de la mariée imitait Don Corleone, avant de verser une larme. L’humour et le rire n’empêchent pas l’émotion.

C’est souvent ce mélange des genres dans la cérémonie qui donne envie aux couples et qui plaît aux amis. Mais je n’oublie pas qu’un mariage réunit plusieurs générations, d’où mon envie de plaire aussi aux mamies. Et aux papis, et aux oncles et tantes, et aux parents et j’en oublie sûrement !

Respecter les traditions de chacun

Plaire aux mamies et aux amis, c’est effectivement prendre en compte toutes les personnes invitées au mariage. Chacune est présente avec ses croyances, ses valeurs et potentiellement sa foi. Créer une cérémonie laïque ce n’est pas rejeter les différentes traditions existantes pour créer une nouvelle forme de mariage. Je pense même, au contraire, que c’est une manière d’accueillir toutes les formes de croyances.

plaire aux mamies et aux amis - pour une ceremonie
© Jeremy Wong

Mes premiers mariés de 2016 avaient eu cette formule très juste : « nous voulons que chacun se sente bienvenu peu importe son origine ou sa foi ». Et pour moi, c’est exactement le principe d’une cérémonie laïque. C’est respecter toutes les pensées de ceux qui entourent les mariés, tout en les amenant à faire un pas de côté pour célébrer un mariage unique, à l’image du couple qui s’unit ce jour-là.

Mettre en valeur le choix des mariés

Même si aujourd’hui, il est de plus en plus courant d’assister à un mariage laïque, il y a encore de nombreuses personnes qui n’en ont jamais vu et qui pourraient être déstabilisées par ce format. Parmi elles, il y a les mamies qui auraient préféré l’église, la synagogue ou toute autre célébration religieuse parce que c’est la tradition.

Alors à nous de les convaincre que la cérémonie laïque était la bonne option !

plaire aux mamies et aux amis - pour une cérémonie
© Gul Kurtaran

L’idée n’est pas d’expliquer ou de justifier la cérémonie laïque. Nous ne sommes pas là, avec les mariés, pour rendre des comptes. Néanmoins, il me semble très important de présenter cette forme de célébration comme un choix des mariés. Un choix important qui leur tenait à cœur tout en reconnaissant qu’il peut étonner (ou même parfois détoner) par rapport aux traditions familiales. Pas besoin de longs discours ou de circonvolutions. Il me semble seulement nécessaire de prendre quelques instants pour évoquer l’envie des mariés et le sens qu’ils souhaitent donner à cette célébration. Cela permet de donner quelques clés à l’assemblée pour aborder sereinement la célébration qu’ils consacrent par leur présence.

Et lorsque les mamies viennent me voir pour me remercier après la cérémonie, je suis la plus heureuse du monde ! Et selon vous qu’est-ce qui pourrait plaire aux mamies et aux amis, en tout cas aux vôtres ?

Fonder une famille

Est-ce qu’on crée une famille en se mariant ?

Fonder une famille - Pour une cérémonie
© Micheile Henderson

Personnellement j’ai une définition assez large du terme famille. Il y a les liens du sang que j’honore, mais aussi ceux que j’oublie. Et il y a tous ces simples liens d’amour, ceux qui me font dire « lui ou elle, c’est la famille ». En parlant de famille, on a récemment eu des discussions à ce sujet avec plusieurs de mes couples de la saison. Alors ça m’a donné envie de creuser cette question : ça veut dire quoi fonder une famille ?

Notre famille, celle qu’on va créer ?

Bonjour la pression sociale ! Mais il est vrai que lorsqu’on se marie – et qu’on n’est pas déjà parents – la grande question qui se pose (ou plutôt qu’on vous pose) est celle de la prochaine étape : les enfants !

Fonder une famille - Pour une cérémonie
© Priscilla du Preez

Mais est-ce que fonder une famille c’est nécessairement devenir parents ? Je n’en suis pas certaine ou en tout cas je considère que ce n’est pas la seule réponse qu’on peut apporter. On peut avoir envie d’enfant, ou pas. On peut ne pas pouvoir faire un enfant. Et on peut ne pas encore savoir si on en a envie. Ça peut pourtant faire une famille quand même !

Que cette question vous amuse ou vous excède, soyez sûr.e.s qu’on vous la posera. Et moi la première d’ailleurs. Cela me permet ensuite de savoir quels sujets aborder ou éviter !

Tu es ma famille, la famille à deux

Se marier c’est se constituer comme famille. Aux yeux de ses proches et également très officiellement aux yeux de la loi. C’est faire reconnaître la place de l’autre dans sa vie.

Fonder une famille - Pour une cérémonie
© Natalie Toombs

On ancre ainsi légalement ce que l’on ressent au fond de soi : « tu es ma famille ». C’est d’ailleurs ce que deux de mes mariés m’ont dit au sujet de leur compagne et future épouse, « elle est déjà ma famille ». Pour moi c’est une des meilleures concrétisations des liens du cœur devenus aussi forts que les liens du sang.

Notre famille, celle qu’on crée en se liant l’un à l’autre

Mais une famille, c’est aussi plus large que cela. Certes, la famille avec les enfants, c’est souvent une évidence et parfois une non question. Mais je parle ici de la famille, ou plutôt des familles dans lesquelles on s’ancre. De la grande famille que l’on crée en devenant officiellement une famille à deux.
En effet, quand on se marie, on unit deux êtres qui s’aiment mais on lie aussi les deux familles dont sont issus les amoureux.

Fonder une famille - Pour une cérémonie
© Stella de Smit

Lorsqu’on se marie, nos familles deviennent notre famille. Le couple devient le dénominateur commun. C’est par votre union que vos familles se rapprochent. C’est grâce à vous et à votre amour qu’un nouveau lien se crée entre des êtres qui, sans vous, ne se seraient peut-être jamais croisés. Et rien que ça, ou plutôt tout ça, c’est fonder une belle famille non ?!

 

Alors quand on vous demandera si vous souhaitez fonder une famille, et si par hasard la question des enfants n’est pas d’actualité, souriez, respirez et répondez « oui bien sûr, on fera une famille » !

Mon plaisir coupable

J’aime faire pleurer les papas

faire pleurer les papas
© Neill Kumar

Aujourd’hui, je vous confesse un de mes plaisirs inavouables. Oui j’aime faire pleurer les papas ! Je sais qu’on ne devrait pas se réjouir de faire pleurer les gens mais comme je les fais rire aussi pendant les cérémonies, je me dis que c’est moins grave. Enfin, j’espère que vous serez d’accord avec moi !

Entrelacer entre les émotions

© Pierre Atelier

Une cérémonie laïque ça fait jaillir des sourires et des yeux brillants ; on navigue entre le solennel, le léger et parfois un brin de folie. C’est d’ailleurs cet entremêlement qui crée la magie. Et c’est vrai que parmi ces vagues d’émotions, ma mission est remplie quand je vois les papas pleurer. En tout cas, c’est ce que je me dis !

Oui c’est un peu bizarre. Oui ça fait légèrement psychopathe, mais j’assume ! Mais lorsqu’une larme affleure dans le regard d’un papa je me dis que j’ai su générer une belle émotion. Celle à laquelle on ne peut pas résister. Et la mission est encore mieux accomplie quand le papa en question était annoncé comme coriace !

faire pleurer les papas
© Alexandre Debieve

Je vous rassure, on sourit beaucoup pendant les cérémonies, parfois même on rit aux éclats mais il y a toujours des moments plus forts. Et un papa qui pleure, c’est un roc qui se laisse submerger. En tout cas, c’est comme ça que je voyais le mien. Et je pense que je me projette un peu dans les différents papas que je croise.

Laisser parler ses sentiments

Je dis souvent qu’une cérémonie de mariage c’est l’occasion de se dire des choses qu’on pense tout le temps mais qu’on ne se dit jamais. Et les papas sont très doués à ce jeu-là. La génération de nos papas, c’est encore celle des hommes forts en tout cas au-dehors ; pas forcément très à l’aise pour exprimer leurs sentiments. Et pourtant je les vois se dévoiler pendant mes cérémonies.

faire pleurer les papas
© Robb Leahy

Je les entends prononcer haut et fort leur amour, leur admiration pour leurs enfants. Je les vois se réjouir sincèrement de l’union qui est célébrée. Je les écoute dire merci et bienvenue à celui ou celle qui épouse leur enfant.

Les larmes d’un papa

Et oui, je les vois pleurer ces papas. Lorsqu’ils accompagnent leur fille jusqu’à l’espace de la cérémonie ou quand leurs enfants s’adressent à eux pour un merci ou un « je t’aime ». Mais aussi quand leur petit.e prononce ses vœux ou reçoit son alliance.

© Andrew Itaga

Parfois je me fais la voix de mes mariés pour rendre hommage à leur famille et affirmer devant tous les invités qu’ils ne seraient pas les personnes qu’ils sont sans leurs parents. C’est aussi dans ces moments que je peux apercevoir cette fameuse petite larme qui me fait dire : c’est bon : touché au cœur !

Mes meilleures phrases entendues après une cérémonie

Florilège des mots qui m’ont réjouie !

Préparer et célébrer des cérémonies, c’est mon métier et c’est également une succession de joies ! Et une de mes plus grosses doses d’amour, c’est juste après les cérémonies.

Evidemment mes mariés ne sont pas en reste tout au long de nos échanges et de nos rendez-vous. Mais après la cérémonie, je discute avec des personnes que je n’ai encore jamais croisées. Et ces parfaits inconnus viennent me raconter les sentiments que la cérémonie a fait naître en eux.

C’est un peu étonnant au début et tellement de plaisir en fait ! Petit partage de quelques-uns de ces jolis mots !

Les enthousiastes

jolis mots
© Lesly Juarez

jolis mots

Les émus

Les surpris

jolis mots
Une de mes plus grandes victoires 🙂 © Todd Cravens

 

jolis mots
Une autre très grande victoire ! © Petr Sevcovic

Celles et ceux qui se projettent dans leur futur amoureux

jolis mots
Et à ce moment elle a regardé son pacsé avec une légère insistance !
jolis mots
© Katie Tredway
© Omar Lopez

Sur ces mots doux, je vous souhaite une très belle journée !

Peut-on définir l’amour ?

Amitié, désir, passion : les bornes de l’amour

définir l'amour
© Brigitte Tohm

C’est lundi, c’est philosophie ! Ces derniers temps, je me disais qu’il me manquait quelque chose dans mes réflexions et mes derniers articles et tout à coup ça a fait tilt ! ça faisait bien trop longtemps que je n’étais pas allée me promener du côté de la philosophie. J’ai donc repris mes lectures et mes conférences. Et aujourd’hui, je m’attarde sur cette conférence de Francis Wolff : Peut-on définir l’amour ?

Oui tout simplement, la question est bien de tenter de décrire précisément ce qu’est l’amour « alors qu’on a souvent tendance à garder une définition vague de l’amour, comme si ça faisait aussi partie du charme du concept. » Allons-y !

De quel amour on parle ?

Écartant d’emblée les autres formes d’amour, Wolff décide de se concentrer sur l’amour amoureux. Celui auquel on pense quand on parle « d’histoire d’amour », de « chanson d’amour », de « déclaration d’amour ».

définir l'amour
© Zoriana Stakhniv

Cet amour-là est un concept difficile à saisir et surtout difficile à classer. Wolff essaie de le cerner en s’appuyant sur des méthodes de définition issues de la tradition philosophique. Peut-on définir l’amour en l’inscrivant dans une catégorie et des sous-catégories ? Peut-on déterminer des conditions nécessaires et suffisantes à l’amour ? Peut-on encore décrire une forme de prototype de l’amour ? A chaque fois, la définition achoppe. A chaque fois un contre-exemple vient remettre en cause la définition comme étant trop laxiste ou au contraire trop resserrée.

Wolff choisit alors une autre forme de définition en établissant la liste des éléments sans lesquels on ne peut parler d’amour.

Les bornes externes de l’amour

Il n’y a pas de « prototype de l’amour », nous dit Francis Wolff mais on peut lui reconnaître trois « tendances caractéristiques » : l’amitié, le désir et la passion. Chacune de ces tendances ne peut faire « amour » seule. Ainsi, on n’est pas amoureux d’un ami, on peut haïr passionnément et on peut désirer quelqu’un sans l’aimer. C’est un fait.

Amitié, désir ou passion ne font pas l’amour, et pourtant à elles trois, elles constituent un cadre de définition, comme des « bornes externes de l’amour ». Schématiquement l’amour pourrait alors être considéré comme un triangle borné en extérieur par l’amitié, le désir et la passion. Toute relation qui s’inscrit entre les bornes de ces trois tendances peut être définie comme amour, qu’importe la tendance principale.

définir l'amour
© Priscilla du Preez

En effet, l’amour n’est pas le résultat d’une recette avec une dose précise d’amitié, de désir ou de passion. Il est des amours plus amicales ou plus passionnelles que d’autres. D’ailleurs Wolff s’amuse à convier des amoureux de la littérature en leur attribuant une place plus ou moins proche de la tendance amicale, désirante ou passionnel sur la « nouvelle carte du tendre » qu’il dessine. Il nous parle alors des amoureux passionnels que sont Roméo et Juliette, de Tristan et Iseult portés par le désir ou de Paul et Virginie où l’amical domine avant le départ de Virginie.

L’amour : une notion hétérogène

définir l'amour
© Francesca Vignudelli

La définition étant posée, Wolff veut aller plus loin et tirer « des leçons métaphysiques ». Si on peut définir l’amour en le décrivant comme « la fusion instable, en proportion variable, d’au moins deux des 3 éléments hétérogènes que sont l’amical, le désirant et le passionnel », on peut certes lui donner un cadre, mais on peut aussi comprendre pourquoi l’amour est toujours teinté de précarité et d’instabilité.

Chacune des trois composantes de l’amour appartient à une catégorie ontologique différente : « l’amitié est une relation, la passion est un état, le désir est une disposition ». C’est cette différence entre les trois composantes qui fait qu’elles ne peuvent pas « jouer collectif ». Ainsi, l’une ou l’autre prend souvent le pas, emportant l’amour vers du plus désirant, du plus amical ou du plus passionnel.

définir l'amour
© David Thomaz

On pourrait alors tirer une conclusion pessimiste de cette impossibilité de stabilité. Mais on peut aussi, au contraire et avec Wolff, choisir de voir dans cette instabilité, dans cette harmonie toujours en suspens, justement ce qui fait la beauté et la grandeur de l’amour !

Qu’en pensez-vous ? Et votre amour à vous ? Où le situez-vous sur la nouvelle carte du tendre de Wolff ?

 

NB : toutes les citations sont tirées de la conférence de Francis Wolff « Peut-on définir l’amour ? » à l’ENS en mai 2016.

Une cérémonie rien qu’à deux

Les proches doivent-ils intervenir pendant une cérémonie laïque ?

elopement
© Tom the photographer

Vous connaissez mon aversion pour les « on doit » et autres « il faut » donc vous avez déjà un peu la réponse. Mais pour éclairer mon propos je prends le temps de revenir aujourd’hui sur la question des intervenants pendant une cérémonie d’engagement. Il est vrai que la majorité des couples souhaitent donner la parole à des proches lors de ce moment symbolique. Mais pas tous !

Et parfois ça a du bon une cérémonie empruntant à l’elopement et centrée uniquement sur les mariés.

Un engagement à deux

La cérémonie laïque, c’est le moment où deux êtres qui s’aiment s’engagent symboliquement l’un envers l’autre. Souvent, c’est l’occasion d’évoquer l’histoire du couple, ses projets, ses valeurs, la place que chacun.e tient dans la vie de l’autre. Un ou plusieurs rituels peuvent venir accompagner ce serment.

Et ce qui compte effectivement, c’est le couple et l’union qui est célébrée. Rien n’oblige à y associer d’autres personnes. Et cela peut donner plusieurs formes de cérémonies.

elopement

Le format elopement

Traditionnellement le mot renvoyait aux unions en cachette, lorsque les familles refusaient le mariage. Les amoureux se sauvaient et allaient se marier pour revenir triomphants et unis officiellement. Pensez à Roméo et Juliette, n’eut-été la mort de Tybald, ils auraient imposé leur amour à leurs familles dès le lendemain de leurs noces secrètes !

elopement

Désormais, elopement désigne les mariages en tout petit comité, voire avec seulement les deux marié.e.s. Dans ces cas, la cérémonie est souvent assez courte car concentrée sur l’engagement en lui-même. L’officiant.e est alors présent.e pour accompagner les consentements, les vœux et l’échange des alliances. C’est une célébration en toute intimité où l’accent est mis sur le moment présent, c’est-à-dire l’union et l’amour de ce couple à cet instant précis.

Et un elopement grand format ?

J’ai conscience de tordre encore plus le sens du mot elopement ! Mais par là je veux dire qu’il est possible de créer une cérémonie (de plus de dix minutes), qui réunit tous les invités du mariage, en ne donnant la parole qu’au couple et à son officiante ! Cette année j’ai préparé deux cérémonies où nous étions seuls avec les mariés devant leurs proches et c’était super ! Donc c’est possible, bien sûr, mais cela nécessite plusieurs choses.

elopement
© Tom Fire

D’abord, assurez-vous que la personne qui va célébrer est à l’aise avec le (très) seul.e en scène ! S’exprimer en solo (ou presque) devant plusieurs dizaines de personnes pendant une trentaine de minutes, c’est un exercice peu commun. Et pour tenir l’assemblée en haleine, au-delà de ses talents de stand-up votre officiant.e va avoir besoin de vous !

elopement

En effet, les échanges avec les proches et leurs discours nous donnent souvent des éléments complémentaires pour construire la cérémonie. Quand je ne travaille qu’avec les futurs mariés, j’ai besoin qu’ils me donnent encore plus de détails, d’anecdotes pour étayer mes propos et composer une cérémonie parfaitement sur mesure. Aux amoureux de partager avec moi tout ce qui les définit, seuls et à deux, mais aussi les mille et unes choses qui fondent leur idée du mariage ! Souvent, je propose aussi des lectures pour créer des rythmes variés et façonner une cérémonie pour entraîner les marié.e.s et leurs invité.e.s dans l’émotion, la douceur et l’énergie de votre cérémonie d’engagement.

Et vous, vous auriez envie de quoi dans votre cérémonie à deux ?

elopement
© Chris Dickens

Meilleurs vœux pour 2018 !

Bienvenue 2018 !!

meilleurs vœux pour 2017

© Jon Tuson – Love Wall by @jcgoldcrown

2018 sera une très belle année, c’est obligé !

Je l’ai assez répété en 2017 pour que ce mantra devienne réalité. Alors je vous souhaite une très bonne année 2018, une année avec de l’amour – parce que c’est la base ! – des sourires, des rires aux éclats, des voyages à 20 ou à 20 000 km, des rencontres et des redécouvertes, du quotidien et de l’exceptionnel, des joies simples et des montagnes d’émotions sensationnelles.

Soyez heureux et heureuses, cultivez un esprit positif et prenez le temps de dire que vous les aimez à toutes les personnes qui comptent ! Ecrivez des lettres, faites des discours etrépétez-le chaque jour. C’est important et ça fera encore plus de cette année une belle année !

Tous mes meilleurs vœux pour 2018  !

Merci, merci, merci d’avoir été là en 2017 ! Merci à mes ami.e.s, merci à mes marié.e.s pour ces belles rencontres ! Félicitations aux couples qui se sont dit oui en 2017 et bravo à ceux qui le feront en 2018 ! Je suis ravie de vous accompagner dans la vraie vie ou par mes articles sur le blog. Je me réjouis chaque jour de créer avec vous et pour vous tous ces beaux moments, ces instants uniques ! A nous – à vous –  cette belle année qui s’annonce car 2018 sera une très belle année c’est obligé !

meilleurs vœux pour 2018
© Jorige Kuzmaïte

En parler ou pas : les sujets qui fâchent

Censure ou pas censure le jour de la cérémonie ?

sujets qui fâchent
© Meghan Duthu

Un mariage, c’est le jour heureux par excellence. Celui où l’on partage les beaux moments, les meilleurs souvenirs et les souhaits les plus fous. C’est vrai.

Mais un mariage, c’est aussi la vraie vie ! Avec ses douleurs, ses situations compliquées, ses non-dits. Le mariage peut être une parenthèse enchantée au milieu de ces sujets moins drôles, c’est vrai aussi. La question est alors : est-ce qu’on les évoque pendant la cérémonie laïque, ces fameux sujets qui fâchent ?

Les sujets qui fâchent ?

Certaines personnes ont le bonheur d’être nées dans des familles unies, aimantes et solides. J’en ai rencontré quelques-unes et c’est à chaque fois un plaisir ! Mais il y aussi, régulièrement des situations un peu plus difficiles. Des ruptures familiales qui entraînent l’absence d’une partie de la famille, voire des parents le jour du mariage. Mais aussi des différences (ouh le gros mot !) entre les mariés.

sujets qui fâchent
© Kristina Flour

Que ce soit un écart d’âge important, un remariage, des religions ou des cultures diverses, des statuts sociaux différents, une homosexualité pas toujours acceptée par certains membres de la famille. Parfois ce qui n’est rien pour les mariés peut sembler une montagne pour leurs proches et par conséquent poser question le jour du mariage.

sujets qui fâchent
© Andre Hunter

Attention, ça n’arrive pas toujours ! Il y a des familles qui sont très à l’aise et échangent divinement bien. Mais je vous assure, la question mérite d’être posée. Des situations compliquées, il y en a plein. Et parfois, elles prennent beaucoup de place !

Une seule question : quel est votre ressenti ?

En fait les sujets qui fâchent sont bien souvent ceux que vous-mêmes n’abordez pas avec tranquillité. Tous les enfants de divorcés ne se sentent pas écartelés entre leurs deux parents, et tous les couples multiculturels n’éprouvent pas le besoin d’insister sur le sujet.

C’est bien là, d’ailleurs, la clé de la réponse.
En effet, le sujet ne fâche que s’il vous gêne vous, ou s’il est sujet de discussion récurrent avec votre famille. Dans tous les autres cas, bienheureux soyez-vous !

sujets qui fâchent
© Jared Sluyter

Mais si quelque situation vous chagrine ou génère une gêne, posez-vous la question de son traitement. Comment avez-vous envie d’en parler ? D’ailleurs, avez-vous seulement envie d’en parler ? Personne ne vous en voudra d’éluder un sujet qui vous met mal à l’aise. Si certaines personnes peuvent en être étonnées, rien n’empêche votre officiant.e de clarifier en deux mots la situation. Ça fait aussi partie de notre métier. Nous sommes des diplomates en puissance !

Soyez libres : choisissez !

Oui sentez-vous libres. Et si vous décidez d’aborder les sujets qui fâchent, je vous donnerais un seul conseil. Privilégiez les ellipses. De manière générale, les situations délicates sont assez connues par tout le monde pour ne pas en parler pendant des heures. Faites-y référence en quelques mots puis passez à autre chose. Le vrai sujet c’est votre mariage, pas le fait que votre mère ne soit pas invitée ou que votre conjoint prie un dieu que vous ne reconnaissez pas !

sujets qui fâchent

C’est seulement un élément dans l’histoire de votre famille ou de votre couple, mais ce qui compte c’est que ce jour-là, pendant cette cérémonie, vous allez échangez vos engagements. Alors souriez, respirez et profitez-en à fond et suivez vos intuitions, elles sont très souvent les bonnes !

Garder des surprises pour la cérémonie laïque

Relire la cérémonie ou ne pas la relire ?

Telle est la question ! Et pourtant, je ne me la posais pas du tout lors des premières cérémonies que j’ai organisées. Mes mariés me disaient tous qu’ils préféraient se garder des surprises pour la cérémonie laïque. Souvent même, ils voulaient en savoir le moins possible sur le contenu.

Garder des surprises pour la cérémonie laïque
© Matheus Ferrero

Puis j’ai discuté avec des consœurs et avec des clients, et alors j’ai compris que cette idée n’était pas une évidence pour tout le monde. Je saisis donc l’occasion aujourd’hui de vous expliquer mon évidence !

Cérémonie surprise quèsaco ?

Je vous rassure tout de suite, je milite pour les surprises millimétrées et personnalisées ! Et étant donné qu’on prépare la cérémonie avec les mariés à travers plusieurs rendez-vous, il y a quand même beaucoup de choses qui sont déjà validées avec eux. Et donc connues de leur côté. Je pense ainsi au déroulé général, aux musiques et à l’enchaînement des engagements.

Garder des surprises pour la cérémonie laïque
© Annie Spratt

Mais j’avoue que j’aime bien leur réserver des parts d’inconnu. Par exemple, je n’envoie jamais les discours des intervenants aux mariés. Ça c’est mon point de base !

Ensuite si je peux ne pas leur dévoiler l’ordre des interventions, je suis ravie.

Et si j’arrive à ajouter un discours, une lecture, une chanson supplémentaire, c’est un plaisir. Souvent cette idée m’est soufflée par l’un des mariés voulant surprendre l’autre ou par les proches avec qui je prépare la cérémonie.

Et parfois simplement je le sens. Je saisis une envie autocensurée ou une idée en l’air qui me semble cohérente avec le déroulé de la cérémonie, alors je me lance !

 

Pourquoi j’aime bien ces surprises

Quand on prépare son mariage on anticipe énormément et on prévoit tout. Ainsi, le jour de son mariage on sait presque exactement comment la journée va se dérouler. On sait ce qu’on va manger, on sait sur quelles musiques on va danser, on sait même parfois à quelle heure on va faire des photos avec ses témoins. C’est super car c’est vous qui l’avez choisi. Mais c’est vrai qu’il y a peu de place pour la découverte. Vous avez préparé pendant des mois plein de surprises pour vos invités, mais vous-mêmes en aurez peu. Ou alors des mauvaises ! Bonjour la pluie ou l’inversion de commande par le pâtissier…

Garder des surprises pour la cérémonie laïque
© Tom the photographer

Bon, ne parlons pas de malheur ! Ce que je veux dire par là, c’est que la cérémonie laïque peut être un des rares moments de cette journée où les mariés découvrent ce qu’on a préparé pour eux en ce jour exceptionnel. Pendant ce moment symbolique, j’invite les mariés à s’abandonner à l’émotion et à profiter pleinement de ce qui se passe. A se laisser porter par ce qui se dit, les mots échangés et les yeux qui brillent. Et je me dis que cet abandon est plus facile quand on ne connait pas les phrases qui seront prononcées – à part celles des engagements et des vœux bien sûr !

Comme un pari de confiance

Garder des surprises pour la cérémonie laïque

Cette envie de garder des surprises pour la cérémonie laïque va de pair avec une certaine pression. Car si les mariés ne connaissent pas tout, si je décide d’inverser deux discours, il faut que je sois sûre que cela leur plaira. C’est une des raisons pour lesquelles je crée un lien fort avec mes mariés. C’est important pour moi qu’ils se sentent assez en confiance pour me laisser prendre certaines décisions.

C’est aussi pour cela que je souhaite bien les connaître et que je discute avec leurs proches qui m’éclairent si j’ai un doute. Après, c’est vrai que c’est un pari cette idée de surprises, mais un pari à trois car je cherche encore plus à les séduire et à les combler !

Garder des surprises pour la cérémonie laïque
© Tom the photographer

Et vous ? Vous êtes partisans de la surprise ou de la relecture ?