La cérémonie de Jehaan et Guillaume

Amour, chanson et Chat-Mallow

la cérémonie de Jehaan et Guillaume
© Onzième Avenue

La première fois que je les ai rencontrés, je me suis dit que j’allais avoir une belle histoire à raconter. Ils forment un couple solide, conscient du bonheur et de l’amour qui les lient. Et j’ai aussi pensé qu’on allait sûrement beaucoup rire ! Quand on a évoqué l’idée d’un rituel, Guillaume est parti dans ce que je pourrais appeler un enthousiasme à rebours. Il s’était renseigné sur internet et il y avait particulièrement un rituel qui ne lui plaisait pas du tout ! Il m’a vraiment fait rire en évoquant toutes les raisons, pratiques, symboliques, logistiques, qui justifiaient son refus. Ça a été notre blague récurrente jusqu’au jour de la cérémonie !

cérémonie de Jehaan et Guillaume
© Onzième Avenue

Un mariage aux étapes inversées

Lors de notre premier rendez-vous, j’ai rencontré un couple fiancé dont la demande en mariage officielle n’avait pas encore eu lieu. J’étais aussi face à un couple qui avait déjà réservé son domaine, le très beau domaine de Quincampoix, réfléchi au traiteur, qui était en pleine recherche d’officiante, mais qui n’avait pas encore annoncé la grande nouvelle à ses proches !

Eh oui, ils ont pris le planning légèrement à l’envers mais c’était pour faire les choses bien. En effet, Guillaume n’avait pas encore rencontré les parents de Jehaan qui vivent à Maurice. Les deux amoureux voulaient donc que cette rencontre précède l’annonce officielle de leur mariage. Une fois Guillaume adopté par la famille, il a pu faire sa demande en bonne et due forme à Jehaan, arrivant encore à la surprendre !

Pas de rituel mais des rituels de rendez-vous

On a organisé la majorité de nos rendez-vous cérémonie dans le bar d’un hôtel près de la gare Saint Lazare. A chaque fois on partageait le plaisir de se revoir, d’avancer et de voir la cérémonie prendre forme peu à peu. On y a aussi échangé de nombreuses confidences. Une cérémonie c’est le résultat de ces heures de rendez-vous, de ces heures où on aborde tant de sujets, des épisodes heureux aux plus douloureux. Le jour J, on ne met que la substantifique moelle en avant, mais elle tire sa valeur des mille détails qui se glissent entre les lignes.

Cérémonie Jehaan et Guillaume
© Onzième Avenue

Alors si on a abandonné l’idée d’un rituel car c’est finalement une symbolique qui leur parlait peu – l’échange d’alliances et de vœux ayant une valeur plus forte – je les remercie du fond du cœur pour nos rendez-vous rituels. D’ailleurs, on continue et on s’offre de temps en temps le plaisir d’un dîner de retrouvailles !

Des discours et une chanson en famille

Jehaan et Guillaume ont donné la parole à leurs proches en choisissant d’organiser les discours selon les trois éléments de leur amour : elle, lui et leur union. Chaque intervenant a centré son discours sur un de ces trois points et rapidement un quatrième pilier est apparu : leur chat, Mallow !

Nous avons aussi respecté une tradition familiale pendant la cérémonie. En effet, dans la famille de Guillaume, lors des événements importants, un de ses oncles prépare une ou des chansons en famille. Ils sont 5, le père, la mère et les trois filles et multiplient les talents d’instrumentistes et de chanteurs. Ils nous ont donc offert a capella la Forteresse de Michel Fugain. Chanson qui m’était jusque-là inconnue, malgré ma passion pour la chanson française, vous me connaissez ! L’assemblée a été saisie, comme les mariés. Cette parenthèse musicale nous a emporté dans un univers de beauté et de douceur.

Trois bonnes idées dont s’inspirer

La chorale familiale

Une cérémonie avec des moments musicaux interprétés par les proches des mariés a toujours une saveur particulière. Il y a beaucoup plus qu’une chanson derrière un oncle, une petite sœur, un duo d’amis qui jouent ou chantent un morceau.

Cérémonie Jehaan Guillaume
© Onzième Avenue

Ce principe s’est vérifié aussi pendant la cérémonie de Jehaan et Guillaume ! J’en ai eu des frissons pendant leur répétition lorsque je me préparais pour la cérémonie.

Poser des questions à ses proches

Souvent on se censure sur l’intervention d’un proche ou sa participation à un des moments symboliques de la cérémonie. Mais le plus simple est souvent de poser la question. Pour Jehaan et Guillaume, la question portait sur l’entrée du marié. Arriverait-il au bras de sa mère, seul, avec Jehaan ?

Jehaan Guillaume cérémonie
© Onzième Avenue

Le papa de Jehaan ne pouvant pas venir le jour J, on avait presque validé une entrée des mariés à deux. Heureusement que Guillaume a posé la question à sa mère, elle avait tellement envie de l’accompagner pour son entrée qu’elle aurait été déçue de ne pas en être. Et Jehaan est arrivée avec son frère pour une entrée pleine d’émotion également.

Jehaan et Guillaume cérémonie
© Onzième Avenue

Définir ses vetos pour son officiante

On a beaucoup ri à propos de l’aversion de Guillaume pour le rituel des galets. Je l’ai beaucoup taquiné sur le sujet mais, en réalité je le remercie de sa franchise et de sa confiance.

cérémonie-Jehaan-Guillaume
© Onzième Avenue

En effet, lors des premiers rendez-vous, j’insiste régulièrement sur l’importance du feeling et du sentiment de confiance entre les mariés et moi. Cette confiance et cette aisance se manifestent également par la facilité qu’ils auront à me dire non parfois. C’est aussi en sachant ce que les mariés ne veulent pas qu’on crée du sur-mesure !

La cérémonie de Luigi et Antonin

Amour, littérature et fleurs des champs

On a le droit d’être amoureuse d’un de ses couples ? Non je ne tombe pas amoureuse du marié promis. Je suis tombée amoureuse des mariés ! C’est vrai, j’ai souvent des coups de cœur pour les couples avec qui je travaille, et d’ailleurs je ne travaille qu’avec des couples pour qui j’ai envie de créer une cérémonie.

C’est aussi ce qui donne de la force aux cérémonies selon moi. Et avec Antonin et Luigi le coup de cœur s’est transformé en amitié. Allez, je range mon cœur en guimauve et je vous raconte leur cérémonie !

La cérémonie de Luigi et Antonin
© Franck Torralba

Des fleurs, des fleurs, des fleurs pour la déco

Luigi et Antonin aiment les fleurs, beaucoup. Ils n’imaginaient pas leur mariage sans fleurs à profusion. Une profusion telle qu’ils ont créé un plafond fleuri au-dessus de l’espace de danse dans la salle du mariage. Et pour la cérémonie, le thème était aussi plus que respecté. Bouquets en bout de rangs, plantes en pot et en bouquets insérées dans l’arche, incrustées dans le pupitres, fleurs aux boutonnières et dans les cheveux des demoiselles d’honneur. Rien de tel pour créer une ambiance extrêmement chaleureuse.

La cérémonie de Luigi et Antonin
© Franck Torralba

Des hôtes en or et des pépites de proches

Luigi et Antonin aiment recevoir. Et ils savent le faire. Leur marque de fabrique c’est leur capacité à en mettre plein la vue tout en s’assurant que chacun.e se sente à son aise. Joli challenge ! Après quelques rendez-vous cérémonie chez eux, je me doutais que le mariage confirmerait leur talent. Je ne me trompais pas.

La cérémonie de l'amour de Luigi et Antonin
© Franck Torralba

S’ils savent recevoir chez eux, ils ont aussi su s’approprier le domaine de Malassise le temps d’un week-end. Ils en ont ainsi fait leur domaine. Un domaine où rêver, un domaine où profiter, un domaine où s’amuser. Et ils pouvaient compter sur leurs proches pour cela. Près de 50 personnes étaient présentes dès la veille pour installer la décoration, organiser les différents espaces, créer les bouquets et le plafond de fleurs.

La cérémonie de l'amour de Luigi et Antonin
© Franck Torralba

Je suis arrivée le vendredi pour le barbecue pré-mariage et j’ai découvert un essaim d’ami.e.s et de parents qui se démenaient pour que tout soit parfait. Un essaim enthousiaste qui m’a accueillie comme une reine, tout le monde savait qui j’étais et me prenait sous son aile pour que je ne me sente pas perdue. Qu’il est bon de sentir ses mariés si entourés et d’être si bien accueillie. Merci encore !

Décor de la cérémonie de Luigi et Antonin
© Franck Torralba

Une cérémonie entre retenue et émotion intense

Une des craintes principales des mariés, enfin surtout d’un des deux (! ) c’était de trop en dire, de verser dans l’impudeur. Leur histoire n’appartient qu’à eux et il leur tenait à cœur de ne pas trop se dévoiler. C’est vrai, certain.e.s profitent de leur cérémonie pour revenir sur leurs débuts, les anecdotes qui ont marqué leur histoire appréciant ce partage avec leurs invités. Pour la cérémonie de Luigi et Antonin ce cheminement a eu lieu pendant les rendez-vous, dans l’intimité de nos sessions autour de la célébration à venir.

La cérémonie de Luigi et Antonin
© Franck Torralba

Pour le jour de leur mariage, on a pris de la hauteur pour se concentrer sur leurs valeurs. Nous nous sommes appuyés sur la littérature et la poésie pour faire écho à leur propre histoire et aux idées qu’ils voulaient partager. C’est assez rare pour le noter, lors de cette cérémonie riche en interventions il y a eu seulement deux discours pour cinq lectures. Tant de choses ont été partagées, tout en respectant les pudeurs de chacun.

Trois bonnes idées dont s’inspirer

La lecture sur fond de violon

La cérémonie de l'amour de Luigi et Antonin
© Franck Torralba

J’avoue, je n’étais pas convaincue quand Julie, la cousine violoniste de Luigi, m’avait proposé d’accompagner une des lectures au violon. Lorsqu’on a fait le test le matin du mariage, elle voulait surtout vérifier que la durée du morceau correspondait à celle de la lecture. De mon côté, je voulais m’assurer que ça n’était pas too much… Et j’ai été saisie. Comme quoi !

J’ai été saisie notamment lorsque le violon s’est arrêté avant la fin de la lecture. Le morceau était effectivement plus court et c’était encore mieux. En effet, au départ le violon accompagnait le texte en douceur et lorsque la musique s’est arrêtée, le texte a pris une dimension encore plus forte. On a donc gardé exactement ce format là et c’était parfait.

La cérémonie de Luigi et Antonin
© Franck Torralba

Les vœux détournés

C’est un exercice difficile que les vœux. Est-ce qu’on va en dire trop ou être trop général ? Comment les tourner et surtout comment arriver à les prononcer devant plus de 150 personnes. Lors d’un rendez-vous sur le sujet avec un des mariés, on a commencé à réfléchir à l’envers.

On s’est penché sur tout ce qui illustre l’amour mais ne le définit pas, et c’est à partir de cet angle d’approche qu’il a commencé ses vœux. Comme une liste de ces petites choses qui sous couvert de ne pas être évoquées s’imprègnent dans le discours. Ce qui est rigolo c’est que son frère et sa sœur ont utilisé exactement la même technique lors de leur discours au dîner !

La chanson surprise

La cérémonie en chanson Luigi et Antonin
© Franck Torralba

Très vite on a su qu’il y aurait de la musique pendant la cérémonie de Luigi et Antonin. C’était une évidence pour eux. Et très vite aussi, on a eu un grand oui de Julie et Marie pour créer un duo violon-guitare-voix.  Je ne me répéterai pas sur la générosité des proches des mariés mais le cœur y est.

 La cérémonie de l'amour de Luigi et Antonin
© Franck Torralba

Luigi a, lui, décidé de créer la surprise en s’invitant sur une des chansons. Au-delà de la beauté du moment, il garde un autre très bon souvenir : celui de ses répétitions avec les deux filles. Car c’est aussi ça préparer son mariage et sa cérémonie. Il y a le jour du mariage mais il y a aussi tous les jours avant, tous ces moments d’échange et de préparation qui donnent sa saveur si particulière au jour J !

Les supers prestas de ce mariage :

Le mariage sur la plage de Natacha et Gaël

D’amour et de sable breton

Mariage sur la plage
© Ronan Le Pennec

Natacha et Gaël font partie de ces couples « Et pourtant ». Mais si vous voyez ce que je veux dire ! L’un est romantique, l’autre pas. L’une est littéraire, l’autre un joyeux geek. L’un est plutôt cash, l’autre est plus dans la nuance et la réflexion. Et pourtant.

Et pourtant ils sont tombés amoureux. Et pourtant c’est un couple solide. Et pourtant ils ont décidé d’organiser un mariage sur la plage pendant l’été 2018. La seule condition était de créer un « mariage qui ne fasse pas trop mariage » ! Et vous allez voir, il fait bon jouer sur cette nuance.

Un mariage sur la plage

Natacha et Gaël se mariaient en Bretagne, sur la plage d’un petit village. Et pas n’importe quelle plage ! C’est celle que Gaël pouvait voir depuis sa classe lorsqu’il était à l’école primaire voisine. Je ne suis pas sûre qu’à l’époque il pensait s’y marier mais cela ne nous a pas empêchés de repartir dans son souvenir d’enfance !

Ce fut ma première cérémonie où la mariée était pieds nus. Et l’officiante aussi d’ailleurs !

Mariage-sur-la-plage
© Ronan Le Pennec

Un mariage pas trop mariage

Pour célébrer leur mariage, Natacha et Gaël voulaient jouer avec les codes et créer de l’inattendu. Nombre de leurs invités n’avaient jamais vu de cérémonie laïque, il fallait donc arriver à les emporter avec nous tout en les surprenant. On s’est donc inspirés de certaines traditions du mariage tout en s’amusant avec elles.

mariage-sur-la-plage
© Ronan Le Pennec

Les mariés sont par exemple arrivés en cortège, certes, mais sur un canapé à porteurs ! Ainsi, il y a eu une lecture prononcée de manière très pompeuse mais c’était un sonnet extrêmement drôle écrit par un de leurs amis. Il y a même eu serment mais les mariés se sont engagés sur Le transfert, un séminaire de Lacan et pas sur la Bible ou un autre texte sacré. On a donc beaucoup ri pendant cette cérémonie, mais pas que.

Pas trop mariage mais plein de déclarations d’amour

un mariage sur la plage
© Ronan Le Pennec

Je le dis et je le redis, les cérémonies de mariage sont l’occasion de se dire des choses que l’on sait mais qu’on ne se dit jamais. Celle-ci n’a pas échappé au principe. Si certains proches des mariés ne se sont pas gênés pour se moquer de leurs amis et faire rire l’assemblée ont mis des mots sur des sentiments profonds qui nous ont tiré quelques larmes. Ce sont des souvenirs vraiment précieux. Et parfois l’occasion de continuer la conversation après le mariage.

Trois idées dont s’inspirer

Le canapé à porteurs

Le mariage à la mairie avait lieu juste avant la cérémonie. Comme nous étions dans un petit village, nous avons organisé un cortège de la mairie à la plage où avait lieu la cérémonie.

un-mariage sur la plage
© Ronan Le Pennec

Des sonneurs bretons nous ont accompagnés ainsi tout au long du chemin et les mariés étaient installés sur un vieux canapé en cuir porté par 11 de leurs amis. Épique ! Et je vous assure qu’après un peu plus de 600 mètres, les porteurs étaient ravis de déposer les mariés 🙂

Le sonnet d’introduction

mariage-sur-plage
© Ronan Le Pennec

Lorsque j’ai reçu le discours de ce témoin, j’ai cherché où l’inscrire dans la cérémonie. Ce format de sonnet si cérémonieux et ce ton si drôle m’ont donné l’idée de créer une introduction avant même que je prenne la parole en tant qu’officiante.

Les mariés se sont installés en même temps que leurs invités ; on a sauté l’étape « entrée des mariés ». Pierre a donc profité du brouhaha pour se glisser devant l’arche, tel un ménestrel et ouvrir la cérémonie en récitant son sonnet décalé. Rien de tel pour installer l’ambiance et poser le ton !

La capsule temporelle ensablée

Natacha tenait à créer un rituel avec du sable pour garder un souvenir matériel de ce mariage sur la plage. Il était également important pour les mariés de faire participer tous les invités tout en donnant un rôle particulier à certains de leurs plus proches.

mariage-plage
© Ronan Le Pennec

Nous avons donc créé leur rituel : une capsule temporelle ensablée. Chaque invité a déposé une poignée de sable dans le bocal tandis qu’une dizaine de personnes, prévenues en amont, déposaient, elles, un souvenir ou un clin d’œil dans le bocal. Pour les retrouver, les mariés devront creuser dans le sable, un peu comme pour une mini chasse au trésor.

Vœux de Tarah à Sélim

Les débuts d’une histoire d’amour

vœux de Tarah
© Tiko Giorgadze

Tarah et Sélim c’est l’histoire d’une rencontre imprévue. D’une erreur de rendez-vous et d’un quiproquo qui est devenu une histoire d’amour. Ou comment l’inattention peut être une qualité et faire bouger les lignes.

Pour rédiger ses vœux, Tarah a voulu revenir sur sa première rencontre avec Sélim, celle qui n’aurait pas dû avoir lieu, et pourtant…

Sélim, mon n’amour, mon loup, mon homme

Quand Emilie nous a demandé de lui raconter notre rencontre, j’ai eu un peu honte. Elle est belle notre histoire, mais notre rencontre présente la majorité de mes défauts en deux phrases. C’est vrai, je ne suis pas physionomiste et quand je suis stressée je ne suis pas très concentrée non plus. Et quand, en plus, je veux me prouver des choses, je fonce sans regarder autour de moi. Alors ce soir-là, je me suis précipitée vers toi pensant que tu étais le garçon avec qui j’avais rendez-vous ! J’ai vérifié en plus sur la photo, et je me suis dit « c’est lui ». Voulant me prouver que je pouvais moi aussi rencontrer l’amour sur une appli, j’ai foncé et je suis venue te saluer !

J’avais rendez-vous avec un petit brun d’origine italienne, avec une veste en cuir marron. Sur ses photos Tinder, il avait l’air pas mal et quand je t’ai vu, je me suis dit « ah ouais, il est plus beau qu’en photo et il n’est pas si petit en fait ». Je ne sais pas vraiment ce que tu as pensé en me voyant approcher mais tu es joueur, j’aime ça chez toi, et tu t’es laissé porter. Et tu m’as emportée.

Tu n’es pas franchement d’origine italienne mon Sélim, tu as pile la bonne taille, celle qui fait que je peux me lover dans tes bras, tu portais une veste en toile et non en cuir, mais si tu savais comme je suis contente de m’être trompée. Je me suis sentie tellement mal quand, à la fin du rendez-vous, tu m’as dit que tu serais ravi d’avoir mon numéro et que ce n’était pas si souvent qu’une fille venait te parler. Que tu aimais mon « assurance ». J’ai d’abord paniqué et je me suis dit que moi aussi je pouvais être joueuse, alors j’ai souri et j’ai récité mon numéro.

Une fois dehors j’oscillais entre la danse de la joie et la marche de la honte. Et j’ai reçu un message de ta part, le premier. En quelques mots, tu m’as fait sourire et le premier papillon est né dans mon ventre. Aujourd’hui des papillons dans le ventre, j’en ai plein !

Je ne les compte plus, ils sont nés de ton sourire, de tes attentions permanentes, ils se multiplient encore quand je te regarde et que tes yeux pétillent. Merci mon n’amour.

Merci d’avoir joué avec moi ! Merci de jouer encore avec moi, même si des fois ça m’énerve. Merci d’avoir été là, à la place de Marco 53 et de m’avoir fait vivre 3 années formidables. Nos premières. Car je sais qu’elles sont comme ton texto du premier soir, un avant-goût du bonheur à venir.

Je t’aime.

Retrouvez d’autres exemples de vœux de mariage

NB : les vœux de Tarah comme tous les modèles de la catégorie « Vœux et discours » sont le fruit de mon imagination. Comme on dit dans les films, « toute ressemblance avec des personnes réelles …. » 🙂

Créer un rituel personnalisé pour votre cérémonie laïque

Votre histoire comme base de votre rituel de mariage

rituel-personnalisé-ceremonie-laïque
© Alvaro Reyes

Il y a les rituels qui existent et qui correspondent parfaitement à certains couples. Il y a les rituels dont on s’inspire pour les adapter à vos envies et il y a le rituel personnalisé que l’on crée à partir de votre histoire. Vous n’imaginez pas à quel point les anecdotes que vous me racontez peuvent être le matériau d’un vrai moment symbolique de votre cérémonie laïque.

On peut s’inspirer de l’histoire de votre couple, de traditions dans votre famille voire de vos blagues récurrentes du quotidien. Je vous raconterai bientôt la cérémonie de N&G qui regroupe un florilège de rituels et autres clins d’œil très personnalisés, et je vais essayer ici de vous présenter un panel des idées à partir de quelques envies que j’ai déjà croisées. Allons-y !

Inscrire vos débuts ou vos premières fois dans votre cérémonie laïque

Profitez de votre cérémonie pour raconter votre histoire et revenir sur vos débuts. Vous deux c’est une multitude de premières fois qui sont parfois devenues des rituels. Un de mes couples de 2019 s’est amusé à créer une régate de coquilles de noix lors de leur premier rendez-vous. Ça les a fait rire et ils ont construits leurs bateaux-noix. Depuis quand ils sont près d’un cours d’eau, ils y déposent un nouvel esquif de coquille. Evidemment, nous allons reprendre cette idée pour leur cérémonie. On est encore en train de finaliser le comment mais on sait déjà qu’on donnera vie à cette idée.

Un autre de mes couples a axé son rituel sur les voyages. En effet, aucun des deux ne voyageait vraiment avant de rencontrer l’autre. Or, depuis qu’ils sont ensemble, ils s’en donnent à cœur joie ! Je leur ai donc proposé de créer un tableau de voyages pour retracer les passés et prévoir les futurs.

rituel personnalisé voyages

Illustrer votre couple à travers votre rituel personnalisé

Se marier et organiser une cérémonie sur mesure vous permet de mettre en valeur ce que vous êtes et vos passions. J’ai ainsi eu un marié fan de Wagner cette année qui a imaginé un rituel inspiré de l’opéra Lohengrin. Avant de procéder au rituel du sable qui unissait la famille qu’ils ont construite, les mariés ont échangé des anneaux (qui n’étaient pas les alliances) lors d’un rituel de transmission. L’anneau du marié était gravé d’un symbole se référant au cor, à l’épée et à l’anneau que Logengrin remet à Elsa à la fin de l’opéra. Oui c’est un truc d’initiés, mais nous avons expliqué en quelques mots en quoi cet anneau plaçait les mariés comme parents et protecteurs de la famille; en insistant également sur la vocation de ces anneaux. Un jour, eux aussi, seraient transmis aux enfants de la famille pour les accompagner.

rituel personnalisé

Raconter son histoire c’est parfois aussi rendre hommage à ses traditions. Une de mes mariées a voulu utiliser le henné pendant la cérémonie. Dans la liste de nos idées, il y avait une variation au henné autour du rituel des mains liées. Je leur ai proposé de déposer une petite boule de henné au creux de chacune de leurs mains. Avant de prononcer leurs vœux, ils unissaient leurs mains, mêlant alors le henné dans leurs paumes. Leurs mains restées unies pendant tout l’échange de vœux, puis on retirait la boule de henné, mais la marque elle restaient. Ainsi, ils gardaient physiquement une trace du moment où ils avaient échangé leurs mots d’amour.

S’approprier des rituels existants

On peut aimer le sens d’un rituel mais avoir envie de l’adapter à ses envies. Ainsi quand on a évoqué l’idée de créer une capsule temporelle avec N&G, on a aussi intégré leur envie de garder un souvenir concret du lieu de la cérémonie. Ça tombait bien on était sur la plage ! Quelques-uns des amis des mariés ont donc apporté un objet-souvenir qu’ils ont glissé dans un bocal pendant que chacun.e des autres invité.e.s glissait chacun une poignée de sable ramassé sur la plage. La capsule temporelle qu’on a créée nous a donc permis d’enfouir les souvenirs dans le sable, comme un trésor à redécouvrir plus tard.

rituel personnalisé sable
© Ronan Le Pellec

Autre détournement de rituel classique pour créer un rituel personnalisé : le tableau des souvenirs de B&P. Ils aimaient l’idée d’un rituel participatif. Alors plutôt qu’un arbre à empreintes ou une bibliothèque des mariés, ils ont créé un tableau réunissant des photos apportées par leurs proches. A la fin de la cérémonie, chacun.e est allé.e accrocher une photo, celle d’un moment heureux partagé avec les mariés. Là encore, le but du rituel était de montrer l’importance et la place de chacun dans la vie des mariés. C’était aussi un moyen pour eux de garder, à travers un souvenir de la cérémonie, de nombreux souvenirs de vies bien remplies.

Evidemment ce ne sont que des exemples et il est possible que certains d’entre eux ne vous parlent pas. C’est normal, ils sont tellement liés à l’histoire et aux facéties des couples avec lesquels on a créé ces rituels. Pour eux comme pour toute cérémonie laïque que je crée, on part d’abord de vos envies !

«Aimer, c’est partager» par Martin Gray

Un classique de cérémonie : Martin Gray

« Aimer, c’est partager » de Martin Gray, c’est un classique. On l’entend beaucoup dans les cérémonies et ce n’est pas par hasard. Si Jacques Brel l’est aussi avec ses Souhaits aux aventuriers de la vie, avec Martin Gray on touche à autre chose. Jacques Brel, c’est la douceur et la poésie alors que Gray touche à quelque chose de plus solennel. Son ton est plus docte et nombre de ses textes peuvent être lus pour créer un moment plein de révérence.

Aimer, c'est partager
© Eva Balogh

Lire Martin Gray avec un peu de recul

Honnêtement, on peut puiser des textes très beaux dans le Livre de la vie, ou même dans Le nouveau livre, alors faites-vous plaisir ! Il y a de jolies définitions de l’amour, des réflexions sur le couple, la famille et le mariage qui portent à réflexion et peuvent apporter une belle émotion.

Mon seul bémol est dans la lecture complète de ces œuvres. Alors oui je sais, Martin Gray aurait 97 ans cette année et il a grandi à une autre époque ; il a traversé des épreuves horribles (aussi bien pendant la seconde guerre mondiale que plus tard quand il a perdu sa famille dans un incendie) mais pour le dire gentiment, ce monsieur n’était pas la personne la plus tolérante du monde. Quant à l’homosexualité notamment ou au rôle de la femme. Et c’est pour cela que j’ai été plus d’une fois circonspecte quand je lisais ses livres dans leur intégralité.

Ce bémol étant posé, je vous laisse juges des textes et vous présente ce classique de cérémonie. Il fait partie de ces définitions qu’on imagine bien lues par un parent ou une figure parentale. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Alors aimer c’est quoi selon Martin Gray ?

Aimer, c’est partager des mots, des regards, des espoirs, des craintes.
L’Amour n’est jamais contrainte.
Il est joie, liberté, force.
L’Amour est emportement et enthousiasme.
L’Amour est risque.
N’aiment et ne sont pas aimés ceux qui veulent épargner, économiser leurs sentiments.
L’Amour est générosité, l’amour est prodigalité, l’amour est échange.
Qui donne beaucoup reçoit beaucoup en fin de compte.
Car nous possédons ce que nous donnons.
Aimer ce n’est pas mutiler l’autre, le dominer, mais l’accompagner dans sa course, l’aider.
Savoir accepter l’autre tel qu’il est.
Être joyeux du bonheur qu’il trouve.
L’aimer dans sa totalité : pour ce qu’il est, laideur et beauté, défauts et qualités.
Voilà les conditions de l’Amour.
Car l’Amour est une vertu d’indulgence, de pardon et de respect de l’autre.

 

Martin Gray, Le livre de la vie, « Aimer, c’est partager »

La cérémonie bretonne de Stéphanie et Jérémie

Se marier en famille

se marier-en famille
© La boîte à images

C’est d’abord Jérémie, le romantique du couple qui m’a contactée. On a discuté un peu puis nous nous sommes rencontrés tous les trois. J’ai tout de suite adoré le caractère de Stéphanie, elle est aussi cash qu’elle déborde d’amour pour ses enfants et tous ceux qui ont eu la chance d’entrer dans son cœur. Tous les deux forment un super duo depuis plus de 10 ans. Ils ont pris le temps de construire leur vie et leur famille et dernièrement l’idée de se marier en famille est devenue une envie même pour ma non-romantique préférée !

Célébration en duo

C’était une première pour moi et j’espère qu’il y en aura d’autres. Lorsque nous nous sommes rencontrés la première fois c’était pour que je coache leur officiante d’un jour : Magalie. Plus nous discutions, plus Stéphanie et Jérémie prenaient conscience de la tâche importante qu’ils allaient confier à leur amie déjà bien occupée. Alors ils ont décidé que Magalie célébrerait en duo avec moi.

Se marier en famille
© La boîte à images

Quelle bonne idée. Elle était parfaite dans son rôle, rassurée de ne pas être seule le jour J et de pouvoir me confier les parties où elle se sentait moins à l’aise. Nous avons créé la cérémonie ensemble, lui donnant un rythme dynamique grâce à nos échanges et nous avons vraiment développé une belle complicité. Souvent, je dis que grâce à mon métier, je rencontre des couples merveilleux, cette fois-ci c’est un trio  !

Une cérémonie bousculée

Mariage plus vieux mariage heureux ? Mariage heureux c’est sûr mais je dirais aussi mariage breton, mariage pluvieux ! La cérémonie était installée dans une jolie clairière, tout était prêt quelques heures avant quand la pluie a commencé à s’insinuer. Fine, légère, on a d’abord pensé qu’elle s’arrêterait mais non !

Alors on a déménagé la cérémonie avant de commencer ! Tout le monde a donné un coup de main et grâce à la bonne humeur de chacun, ce léger contretemps s’est révélé un moment assez rigolo ! Merci aux déménageurs en costume 😉

se marier en famille
© La boîte à images

Des complicités renforcées

Pendant cette cérémonie, j’ai vu des familles s’aimer, des ami.e.s évoquer des souvenirs et l’envie d’en créer de nouveaux. J’ai vu des enfants se réjouir d’assister au mariage de leurs parents et des invités sourire malgré le temps humide. J’ai l’impression que cette journée a permis à chacun.e de prendre conscience de la chance d’avoir des proches aussi formidables. Cette simple sensation donne, pour moi, sa valeur à cette merveilleuse journée !

Trois idées dont s’inspirer – spécial enfants !

Une entrée rigolote

Les petits ont annoncé l’entrée de leurs parents avec des pancartes « Attention marié en approche ! », puis « t’inquiète pas elle arrive ! » avant que Stéphanie n’arrive. Mieux qu’un cortège, ils annonçaient ainsi le début de la cérémonie. Mission dont ils se sont parfaitement acquittés !

se marier en famille
© La boite à images

Le rituel du sable à huit mains

Quand on se marie on mêle deux vies. Quand on se marie en étant parents de deux enfants, on affirme aussi qu’on est une famille. Le rituel du sable permettait d’entremêler symboliquement les personnalités des quatre membres de la famille et de donner sa place – et sa couleur – à chacun. En plus ça permet de garder l’objet à la maison !

Se marier en famille rituel
© La boîte à images

L’intervention en chanson

Les enfants ont appris un poème avec un de leur grand-père mais ils avaient aussi une autre mission : interpréter une chanson pour leurs parents. Kids United obligent, ils ont chanté Tout le bonheur du monde. Mais je ne vous cache pas qu’on a failli avoir Pow Wow dont les petits étaient fans pendant le premier semestre 2018 !

Et leur témoignage est ici !

La Philothérapie d’Eliette Abécassis

Philosopher pour mieux aimer

Philothérapie d'Eliette Abecassis
© Lili Kovac

Le pitch philothérapique 

J’ai lu la philothérapie d’Eliette Abécassis cet été, sur les conseils d’une de mes élèves de la formation « Wedding Officiant » à l’International Wedding Institute, merci Manon !

C’est l’histoire d’une jeune femme qui, après une rupture et des déceptions, veut « guérir de l’amour » car ça lui fait trop mal. Pour effacer la douleur, elle cherche donc à en effacer la cause : l’amour. Elle tombe alors par hasard chez son libraire sur la carte d’un « philothérapeute » et décide de tenter le coup. Et oui pourquoi pas la philo ?

A travers ses différents cours, elle va apprendre à distinguer les mille nuances de l’amour en identifiant ce qui est désir, ce qui est envie ou encore simplement l’amour de soi. Elle apprendra aussi que plutôt que guérir de l’amour, on peut aimer simplement, sereinement en sachant ce qu’on y abandonne et ce qu’on y trouve.

Je n’ai pas tout aimé dans ce livre, j’y ai trouvé des longueurs et j’avais deviné trop tôt le secret sur un des personnages, mais il y a de jolis passages philosophiques que je vous invite à visiter. On y retrouve évidemment Le banquet, mais pas que ! J’y ai aussi trouvé une belle définition du sentiment amoureux et de ce qu’il donne à ressentir. Alors je me suis dit que ça pourrait vous inspirer. C’est juste ci-dessous, vous me direz ce que vous en pensez !

Philothérapie-d'Eliette-Abecassis
© Alice Hampson

Extrait de Philothérapie d’Eliette Abécassis

« L’amour ne produit pas de vérité (…). Il produit du sens. L’amour, parce qu’il est un discours, est
même le plus grand producteur de sens. L’état amoureux donne à vivre, donne à voir, comprendre, il
offre une énergie telle qu’elle unifie et organise tout autour de lui. C’est une couleur qui s’empare d’un
ciel gris. C’est une musique qui couvre le bruit des voitures le matin. C’est un goût que prend chaque
aliment, même le plus fade. C’est un parfum enivrant, qui exalte les sens. L’amour remplit le monde
de beauté, de spiritualité et d’intelligence. Il ouvre les cœurs à la bienveillance. Quand on aime, on
aime le monde entier. »

 

Philothérapie, Eliette Abécassis, 2016, Flammarion

La cérémonie de Manuella et Jérôme

Célébrer l’amour sous toutes ses formes

cérémonie de Manuella et Jérôme
© Alexandra Maldémé

Quand je les ai rencontrés, je me suis dit que je voulais absolument préparer leur cérémonie. Ils sont tombés amoureux en quelques jours comme une évidence ; au bout de quelques mois, ils savaient que c’était du sérieux entre eux, et la même évidence les a amenés à penser mariage. Ces personnes sont une évidence en fait ! D’ailleurs, il m’aura fallu à peine deux heures pour avoir moi-même un coup de cœur.

Manuella et Jérôme, ce sont simplement des gens bien. Des gens intelligents, drôles, avec un cœur énorme, entourés par des amis et des familles qui les aiment profondément. On sent chez eux une forme de sérénité malicieuse. Et c’est ce ton-là qui animait leur cérémonie.

cérémonie-de-Manuella-et-Jérôme
© Alexandra Maldémé

Des amis comme une famille

Dès le premier rendez-vous, l’esprit du mariage était clair : place aux proches. Et pour commencer aux témoins qui étaient 9. Oui 9 comme deux fois 4 + 1. Mes mariés avaient en effet désigné une de leurs amies comme témoin partagée. Impossible de lui attribuer une autre fonction, c’est elle qui les as présentés !

Ce que j’avais senti tout au long de la préparation de la cérémonie s’est révélé le jour J, ces mariés sont entourés de gens qui tiennent à eux et qui se sont mis en quatre (voire en neuf !) pour que leur journée de mariage soit parfaite. Aucune frontière n’existait entre liens du cœur et du sang, Manuella et Jérôme sont juste à la tête d’une grande et belle famille !

cérémonie de Manuella et Jérôme
© Alexandra Maldémé

Rire pour exprimer à quel point on aime

Dans les familles, même celles de cœur, on cache souvent sa pudeur sous le rire mais derrière une blague ou un clin d’œil amusé, on en dit tellement. Je ne vous cache pas que les rires ont ponctué la cérémonie, les photos en témoignent !

Des chansons de Dalida revisitées, aux emprunts au kitsch du conte, les idées fusaient. Et derrière ces tendres moqueries, on entendait l’affection, l’attention de chacune et chacun pour préparer un discours, une lecture, un chant de la plus belle des manières, pour eux.

Manuella et Jérôme
© Alexandra Maldémé

Entremêler les cultures grâce au chant

Les mariés unissaient leurs familles, leurs amitiés mais ils liaient aussi deux traditions. Ils ont fait le choix d’une cérémonie laïque, mais il était important pour eux que leurs cultures soient représentées. C’est à travers le chant que cela a été fait.

Une des amies du marié a ainsi interprété de manière somptueuse (encore bravo AV !) un Ave Maria et Yerushalayim shel zahav. Qu’il était bon d’entendre fredonner les invités lorsqu’ils reconnaissaient la chanson.

Trois idées dont s’inspirer :

Associer les parents au rituel des rubans

cérémonie Manuella et Jérôme
© Alexandra Maldémé

Dans le courant de l’année, Manuella et Jérôme ont demandé à leurs parents quelles valeurs ils pensaient leur avoir transmis. Ce qui avait été présenté comme un « exercice demandé par Emilie » nous a permis de leur concocter une surprise. Au moment du rituel, je leur ai annoncé que ce serait chacun d’entre eux qui viendraient nouer le ruban représentant la valeur transmise aux poignets de leurs enfants.

La lecture à 9 témoins !

Les mariés sont bien entourés et ils aiment leur bande ! Si j’ai insisté pour organiser des duos d’intervenants (et pas des solos – au risque d’une cérémonie trop longue), on a aussi préparé une intervention des témoins à 9. Chacun et chacune a lu un passage d’un poème écrit spécialement pour l’occasion par une des 9. Cette lecture est venue sceller l’échange d’alliances des mariés.

M&J très entourés
© Alexandra Maldémé

Les discours en chanson

Deux des témoins de Jérôme ont choisi de raconter sa vie et leur amitié en revisitant des chansons des années 70, Dalida en force ! C’était drôle et fin à la fois, je suis fan ! Un des plus grands moments de rires de la cérémonie.

Discours Dalida
© Alexandra Maldémé

Photos par Alexandra Maldémé et Océane Drollat

Dimanche soir

Une déclaration comme des vœux

Dimanche soir
© Nathan Dumlao

Emprunter les mots de Grand Corps Malade pour exprimer ce qu’on ressent

Cet homme a du talent, un vrai talent de parolier. Le talent de mettre en mots des sentiments tellement évidents qu’ils en deviennent souvent indicibles. A l’écouter, on se dit « mais oui c’est ça, c’est exactement ça que je ressens ». Et ça marche encore avec cette chanson Dimanche Soir. Cette année, elle a été lue à deux voix comme une note d’intention de la cérémonie qui s’ouvrait, pour installer le ton. Elle donnait la dimension de l’amour qui était célébré : un amour serein et pourtant chaque jour ébahi du miracle constant de son existence.

J’aimais bien cette idée de la note d’intention, mais en le relisant ce matin, je me dis aussi que pour les pudiques ou les personnes peu à l’aise avec l’écriture, ce chanson pourrait faire office de vœux. En croisant les voix sur ce texte, on pourrait exprimer simplement et sincèrement ce dont les vœux témoignent. Qu’en pensez-vous ?

Dimanche soir,

Parce qu’avec toi le temps a pris de nouvelles dimensions
Que ma routine s’est égarée dans ces changements de direction
Parce que les jours de la semaine se mélangent dans ce bazar
Parce que c’est toi, parce que t’es là, je n’ai plus peur du dimanche soir.

Parce que ça arrive tellement souvent que je sois en pic de sentiments
Et que ma pudeur accepte quand même de te le faire comprendre gentiment
Parce qu’il paraît que l’homme s’habitue vite, s’habitue trop
Et qu’moi je sais que mes deux mains ne se lasseront jamais de ta peau.

Quand je vois tout ce qu’on a construit, je me dis que dix ans c’est tellement long
Et puis je me dis que c’est tellement court à chaque fois que s’affiche ton prénom
Parce que le temps n’a pas d’emprise sur la couleur de tes yeux
Parce que le vent éteint une petite flamme mais attise un grand feu.

Parce qu’on s’est tant rapprochés que nos souvenirs se ressemblent
Parce que quand la vie n’est pas simple, c’est tellement mieux d’être ensemble
Parce que je sais que le lundi, je vais te parler et te voir
Parce que c’est toi, parce que t’es là, je n’ai plus peur du dimanche soir.

Je l’ai dans la tête comme une mélodie alors mes envies dansent
Dans notre histoire rien n’est écrit mais tout sonne comme une évidence
Parfois elle aime mes mots mais cette fois c’est elle que mes mots aiment
Et sur ce coup là c’est elle qui a trouvé le plus beau thème.

Parce que je te chambre sur tes manies mais que je pourrai plus me passer d’elles
Parce que je me moque de tes défauts mais qu’ils me sont devenus essentiels
Parce qu’avant de te regarder partir, je te vois te maquiller dans le miroir
Parce que c’est toi, parce que t’es là, je n’ai plus peur du dimanche soir.

Parce qu’on est libres quand on est forts et plus forts quand nos liens se soudent
Qu’une mauvaise passe devient alors moins profonde que le creux du coude
Parce que tous les nuages du monde n’empêchent pas les pleines lunes
Et que chaque fois qu’elles brillent, c’est nos débuts qui se rallument.

Parce que tu sais ce que j’aime, parce que je sais ce que tu veux
Et que c’est quand même une première fois dès qu’on est seuls tous les deux
Parce que 120 mois plus tard, je viens encore juste de te rencontrer
Parce que tu es mon plan A et que tu seras aussi mon plan B.

Après dix ans d’un beau voyage où je me rappelle de chaque seconde
Après dix ans qui ont vu naître les quatre plus beaux yeux du monde
C’est toi qui as trouvé le plus beau thème de notre histoire
Parce que c’est toi, parce que t’es là, je n’ai plus peur du dimanche soir.

Je l’ai dans la tête comme une mélodie alors mes envies dansent
Dans notre histoire rien n’est écrit mais tout sonne comme une évidence
Parfois elle aime mes mots mais cette fois c’est elle que mes mots aiment
Et sur ce coup là c’est elle qui a trouvé le plus beau thème.

Je n’ai plus peur du dimanche soir.

Dimanche soir, Grand Corps Malade, Paroliers : Fabien Marsaud / Bruno Dias